Jeunes agriculteurs
Au revoir, président

AG
-

L'assemblée de JA21 s'est tenue vendredi à Baigneux-les-Juifs. L'avenir du syndicalisme a été discuté, le départ d'Antoine Carré a été salué.

 

Au revoir, président
Mathieu Faivre, Guillaume Moyot, Baptiste Colson et Antoine Carré.

Ils ont réussi à le faire pleurer ! Un bel hommage a été rendu le 11 mars à Antoine Carré, pour son implication au sein du syndicat durant deux mandats. L’agriculteur de Verrey-sous-Salmaise a été salué par de nombreuses personnes pour son combat mené avec la plus grande détermination en faveur de la profession. Celui-ci termine sa deuxième mandature avec de nombreuses forces laissées dans la bataille syndicale, notamment après la manifestation régionale du 6 avril 2021. Antoine Carré a remercié son équipe pour son soutien, son travail au quotidien et s’est dit très confiant dans la relève qui élira un nouveau président à la fin du mois. Baptiste Colson, exploitant à Moloy près d’Is-sur-Tille, est fortement pressenti pour reprendre les rênes du réseau. Guillaume Moyot, secrétaire général, s’apprête lui aussi à passer la main. Son successeur sera vraisemblablement Mathieu Faivre, agriculteur à Montmain près de Seurre.

Le message est passé

Cette grande et belle journée JA (partie statutaire le matin, déjeuner en commun, assemblée l’après-midi, soirée festive dans la foulée) s’est voulue positive et conviviale. Antoine Carré et Guillaume Moyot ont toutefois exprimé un grand mécontentement dès leurs premières prises de parole : « La guerre se déroule à moins de 2000 km de chez nous, elle oblige à repenser énormément de choses. Les politiques, dans ce contexte, ne sont pas là aujourd’hui pour nos travaux. Ils ne prennent pas en compte l’agriculture, cela nous dérange énormément. À l’exception de la sénatrice Anne-Catherine Loisier et des membres du Département, qui sont toujours là avec nous, il n’y a personne. Où est le problème ? Les JA se posent beaucoup de questions sur leur avenir, l’agriculture est le pilier, la base de tout avec l’alimentation. Si nous ne la remettons pas au centre des enjeux, rien ne pourra fonctionner ».

Le syndicalisme en question

Une table ronde sur l’avenir du syndicalisme était proposée. Les échanges ont réuni Jacques de Loisy et Baptiste Colson, bien connus au sein de la FDSEA et de JA de Côte-d’Or. Arnaud Gaillot, secrétaire de JA national, et André Planchenault, directeur de la fédération territoriale MFR Ouest Bourgogne-Franche-Comté, étaient également présents. Arnaud Gaillot invite plus que jamais les jeunes à s’engager : « Manifester son désaccord tout seul dans son coin ne fait jamais avancer les choses. Il ne faut pas hésiter à prendre position pour défendre collectivement notre profession ». Jacques de Loisy insiste sur l’importance des propositions économiques : « Il faut en avoir à chaque fois que nous défendons l’acte de production, l’un ne va pas sans l’autre. La Côte-d’Or n’est pas le département où le taux de syndicalisme est le plus important, mais les OPA sont constamment à nos côtés, c’est une chance pour encore mieux avancer dans le futur ». André Planchenault, au contact de nombreux étudiants au quotidien, a suggéré de jouer davantage la carte du numérique : « Les jeunes sont tous les temps sur leur smartphone et sont influencés par les youtubeurs, c’est un fait. Ils sont attirés par les nouveautés, les innovations… Je remarque que la valeur ajoutée du syndicalisme n’est pas toujours mise en avant sur les réseaux, c’est peut-être une piste à renforcer ». Baptiste Colson est persuadé que le syndicat a de beaux jours devant lui : « Nous avons été malmenés ces dix dernières années. L’agriculture va reprendre la place quelle n’aurait jamais dû quitter, son rôle va redevenir essentiel dans notre société avec tous les évènements que nous vivons. Plus loin que la défense de nos métiers, l’engagement syndical permet de tisser des liens entre agriculteurs. Échanger avec ses voisins est très important, nous avons toujours à apprendre des autres. Le collectif nous fait avancer plus vite et mieux ».

La relève est là

Cette table ronde était suivie d’un public très jeune, à l’image d’Hugo Perroquin et Manon Lanier, respectivement 21 et 18 ans. Ces deux habitants de Fresnes, près de Montbard, sont déjà engagés au sein de JA. Hugo Perroquin, ouvrier agricole, a intégré le syndicat depuis deux ans et est devenu secrétaire de son canton lors des dernières élections. Sa compagne Manon Lanier, apprentie dans une exploitation à Éringes l’a récemment suivi au sein du réseau. Tous deux sont très satisfaits de faire partie de JA : « L’ambiance est conviviale, nous sommes entre jeunes du monde agricole et apprenons beaucoup de choses. Nous partageons les mêmes convictions ». Thomas Fromantin, Alexandre Millerand, Maxime Thevenot, Julien Dulac, Thomas Tassin et Maxime Durafort étaient également de la partie. Ces JA du canton de Pontailler-Mirebeau-Fontaine ont d’ores et déjà donné rendez-vous pour la fête départementale organisée sur leurs terres, les 27 et 28 août à Saint-Léger-Priest. Des airs de Provence souffleront sur cet événement avec la présence de plusieurs animaux de Camargue. Des jeux inter-JA seront notamment proposés. Terres de Bourgogne communiquera régulièrement sur la préparation de cet événement.