Reussir

Agenda de la semaine agricole du 22 août 2022

Lundi 22 août
Marc Fesneau réunit les professionnels sur les conséquences de la sécheresse

Jeudi 25 août
Lancement de la campagne pommes et poires de l'ANPP
Présentation variétale et bilan de la saison abricots au Sefra (Drôme)

Influenza: un foyer confirmé dans un élevage du Morbihan (professionnels)

Dans une note diffusée le 18 août, le GDS Bretagne (reconnu organisme à vocation sanitaire) informe qu'un foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) «vient d'être confirmé, ce jour, sur un lot de dindes de chair dans un élevage situé sur la commune de Ploërmel», dans le Morbihan. Pour rappel, après un nouvel épisode d'influenza hivernal, dans le Sud-ouest, puis l'Ouest, la situation sanitaire «s’était améliorée depuis le début du mois de mai», explique le ministère de l'Agriculture sur son site internet. Mais «depuis la mi-mai, une forte augmentation des cas est constatée dans la faune sauvage "autochtone" sur le littoral de la Manche» et «deux foyers en élevage ont été confirmés le 29 et le 30 juillet dans la Manche et la Somme.»

Lait: le Conseil d'Etat annule la suspension de l'antenne 4G soupçonnée de nuisances

Dans une décision publiée le 17 août, qu'Agra presse a pu consulter, le Conseil d'Etat a annulé la décision du tribunal administratif de Clermont-Ferrand de suspendre temporairement une antenne relais soupçonnée de nuire à la santé d'un troupeau laitier en Haute-Loire. Saisi en référé conservatoire, le tribunal administratif avait ordonné le 23 mai la suspension pour deux mois d'une antenne 4G, soupçonnée par le Gaec de Coupet, à Mazeyrat d'Allier (Haute-Loire), de nuire à la santé de son troupeau. Comme proposé par le rapporteur public dans ses conclusions, la plus haute juridiction administrative a mis en avant une «erreur de droit». En effet, les conditions requises pour lancer une procédure de référé conservatoire, qui permet de suspendre une mesure administrative avant même d'avoir obtenu la réponse du ministère, sont très strictes et n'étaient pas remplies.

Sécheresse: Limouzin demande un assouplissement exceptionnel des calamités

A l'instar de ce qui a été mis en place pour l'arboriculture suite au gel de 2021, le vice-président de la FNSEA en charge des gestion des risques sanitaires et climatiques, Joël Limouzin, demande, dans un entretien accordé à FranceInfo le 14 août, un assouplissement «exceptionnel» du régime des calamités agricoles pour permettre à un maximum d'agriculteurs, en particulier aux éleveurs, de faire face aux conséquences de la sécheresse. Dans le détail, explique-t-il à Agra presse, la FNSEA plaide pour un abaissement du taux minimal de pertes du produit brut d'exploitation (aujourd'hui fixé à 11%), pour permettre d'ouvrir l'indemnisation à des exploitations multi-productions ; et pour une augmentation du taux d'indemnisation (28%), pour compenser le niveau très élevé de pertes constaté cette année, notamment dans les élevages.

Arboriculture fruitière: la FNPF demande la levée des restrictions d’irrigation

«Nous demandons instamment aux départements ayant pris des mesures d’interdiction d’irriguer des vergers, de les lever», appelle la FNPF (producteurs de fruits, FNSEA) dans un communiqué, le 12 août. Les arboriculteurs redoutent que le manque d’eau ait des impacts à moyen terme sur les vergers: en affectant non seulement les récoltes de fruits à venir cette année, mais aussi celles de l’année prochaine. La FNFP recense déjà quatre départements qui ont l’interdiction totale d’irriguer les vergers, et six départements où il y a des restrictions partielles, selon sa directrice Stéphanie Prat.

Porc: les cours frôlent les 2€/kg à Plérin, niveau historique

La cotation du marché du porc breton (MPB) de Plérin a connu, lors de la séance du 11 août, une hausse de 5 cents/kg (le maximum autorisé) pour atteindre 1,972 euro le kilo, soit un niveau jamais atteint depuis au moins 25 ans. Il faut remonter à mars 2001 pour retrouver une cotation similaire, à 1,866 euro le kilo, conséquence indirecte de la crise de la vache folle. Cette fois, le record est nourri par une faiblesse de l'offre sur l'ensemble des bassins de production européens, aggravée par les effets de la canicule sur les élevages du sud de l'Europe. La période est notamment marquée par un recul historique du cheptel allemand, d'environ 10% par rapport à l'an passé, selon les analystes de MPB.

Blé OGM: la première récolte de l'histoire vendue sur le marché argentin

Interrogée par Agra presse le 10 août, la société de biotechnologie argentine Bioceres a annoncé, exclusivité, que sa récolte 2022 de blé transgénique - la première à avoir été commercialisée dans le monde, 124 188 tonnes - a été transformée et vendue par plusieurs meuniers locaux. «Notre récolte de blé HB4 a été transformée par des meuniers argentins, lesquels sont libres d’en disposer», a expliqué à Agra presse, Gabino Rebagliati, directeur de communication de Bioceres, en marge du congrès annuel de l’association argentine des producteurs en semis direct (AAPRESID). Le 12 mai dernier, le gouvernement argentin avait publié un décret autorisant, pour la première fois dans le monde, la culture et la consommation de blé OGM. Le texte n'impose toutefois pas d'obligation d’étiquetage auprès des consommateurs finaux.

Eau: dégradation de deux réserves en Vendée, M. Fesneau condamne «avec fermeté»

Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et le ministre de la Transition Ecologique Christophe Béchu «condamnent avec fermeté» la dégradation de deux réserves d’eau situées en Vendée, annoncent-ils dans un communiqué commun le 10 août. Les ministres indiquent avoir pris connaissance des «faits de vandalisme» sur les réserves des communes de Pouillé et de Nalliers le mardi 9 août, en fin de journée. «Au-delà des suites judiciaires qui seront réservées, ces dégradations sont inacceptables dans une période de sécheresse historique qui touche l’ensemble du territoire métropolitain», affirment-ils dans le communiqué.

Lait: vers une annulation de la suspension de l'antenne 4G soupçonnée de nuisances

Dans ses conclusions rendues le 10 août devant le Conseil d'Etat, le rapporteur public a invité la plus haute juridiction administrative à annuler la décision du tribunal administratif de Clermont-Ferrand de suspendre temporairement une antenne relais soupçonnée de nuire à la santé d'un troupeau laitier en Haute-Loire. Saisi en référé conservatoire, le tribunal administratif avait ordonné le 23 mai la suspension pour deux mois d'une antenne 4G, soupçonnée par le Gaec de Coupet, à Mazeyrat d'Allier (Haute-Loire), de nuire à la santé de son troupeau. Devant le Conseil d'Etat, le rapporteur public ne s'est pas étendu sur la réalité des nuisances - dont les quatre opérateurs de réseau mobile (Orange, Bouygues Télécom, Free et SFR) contestent les bases scientifiques -, il a principalement invoqué une erreur de droit pour recommander l'annulation de l'ordonnance du tribunal.

Stockage de l'eau: un sénateur UDI veut faciliter la construction de petites retenues

Le sénateur UDI du Gers Alain Duffourg a déposé, le 18 juillet, une proposition de loi visant à «faciliter la constitution de retenues d'eau jusqu'à 150 000 mètres cubes» en modifiant leur classification au regard du code de l'environnement. Il propose d'instaurer dans la loi que «les retenues collinaires de moins de 150 000 mètres cubes d’eau» sont soumises à déclaration. Actuellement, les retenues d'eau sont soumises à déclaration ou à autorisation en fonction notamment de seuils de superficie: autorisation pour une surface supérieure ou égale à 3 ha et déclaration en 0,1 et 3 ha. Ces seuils peuvent cependant être modifiés dans certaines situations spécifiques. Selon un recensement national établi entre 1995 et 2000, près de 50% des retenues d'eau (tous usages confondus) avaient une superficie inférieure à un hectare. Pour référence, le projet controversé du lac de Caussade mesurait 20 hectares et 920 000 mètres cubes, et celui du barrage de Sivens 60 hectares pour 1,5 milllion de mètres cubes.

Vin: première estimation de la vendange 2022, «proche de la moyenne quinquennale»

En plein épisode de sécheresse, le service de statistique du ministère de l'Agriculture vient de faire paraître, le 9 août, sa première estimation de la vendange 2022, entre 42,6 et 45,6 millions d'hectolitres, soit «un niveau supérieur à la faible récolte de 2021», marquée par un épisode sévère et étendu de gel au printemps, «mais proche de la moyenne quinquennale». La hausse sur un an concerne l'ensemble des bassins viticoles à l'exception de celui des Charentes touché par des épisodes de gel et de grêle au printemps. Dans sa note Agreste, le ministère prévient qu'il «s’agit d’une première estimation à affiner au regard de l’incertitude entourant l’évolution de la sécheresse en cours» et rappelle que «les vendanges sont attendues précoces en raison de l’avance de la végétation».

Fruits et légumes: Interfel veut régionaliser le programme fruits et légumes à l’école

L’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) va expérimenter la décentralisation du programme européen «Fruits et légumes à l’école». «Les quatre régions qui se sont portées candidates (…) sont les suivantes: Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Paca et Normandie», a indiqué Interfel à Agra presse début août. Le but est de «simplifier» la mise en œuvre administrative, «permettre une meilleure adéquation avec les spécificités régionales» et «impliquer les acteurs régionaux» pour que, in fine, «plus de bénéficiaires potentiels s’y intéressent et s’y impliquent». «On est en train de finir d’écrire les contours [de l’expérimentation] avec l’administration (…) donc cela prendra encore un peu de temps», a ajouté le président d’Interfel Laurent Grandin.

Pac: le ministère précise les dérogations sur les jachères et les rotations pour 2023

Alors que la Commission européenne a récemment autorisé les États membres à prolonger en 2023 les dérogations sur les jachères et la rotation des cultures, «la France a décidé de mettre en œuvre ces possibilités de dérogations, à titre exceptionnel, pour la campagne 2023», indique le ministère de l’Agriculture dans un communiqué le 5 août. «La fauche, le pâturage, ainsi que la mise en culture (...) des jachères seront autorisés», précise la Rue de Varenne. Il s’agit d’une dérogation à la BCAE 8 dans le cadre de la conditionnalité des aides Pac, qui prévoit un minimum de 4% de jachères sur les terres arables. Concernant la BCAE 7, «les agriculteurs français ne seront pas concernés en 2023 par l’obligation de rotation sur 35% des terres arables cultivées».

Sécheresse: Élisabeth Borne active une cellule interministérielle de crise

La Première ministre Élisabeth Borne a activé la cellule interministérielle de crise (CIC) pour «apporter une réponse efficace et coordonnée» à la sécheresse «historique» qui sévit sur le territoire, a annoncé Matignon dans un communiqué le 5 août. Parmi ses missions, la CIC devra réaliser «un suivi» des conséquences de la sécheresse sur le secteur agricole, notamment l’élevage. La Première ministre a demandé aux préfets de département de réunir les commissions locales de l’eau «dès la semaine prochaine», ainsi que les autres structures de concertation locale de gestion de l'eau le cas échéant. D’après Matignon, la sécheresse actuelle est «la plus grave jamais enregistrée dans notre pays» et «pourrait perdurer sur les 15 prochains jours».

L'actualité agricole de la semaine

Loup: Marc Fesneau confirme la volonté de M. Macron de changer son statut

Interpellé le 2 août, lors des questions au gouvernement au Sénat, à propos de la forte progression des populations lupines, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a confirmé les propos d’Emmanuel Macron qui s’était engagé, selon un communiqué de la FNSEA, à «faire évoluer le statut du loup» au niveau européen. le ministre a déclaré commencer à mener «un travail de dialogue avec les autres collègues européens pour réfléchir sur le statut du loup, désormais que nous savons que la population est hors de danger d’extinction». «Il faut donc que l’on repose cette question tranquillement et calmement», a-t-il conclu.

Influenza aviaire: un nouveau foyer confirmé en élevage, dans la Somme (préfecture)

Un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé le 30 juillet dans un élevage de dindes à Feuillères (Somme), à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Amiens, annonce la préfecture dans un communiqué le 1er août. «Une opération de dépeuplement des 8000 dindes présentes sur l’élevage concerné a été menée», précisent les autorités. Une zone de protection (dix communes) et une zone de surveillance (37 communes) ont été instaurées; les mouvements d’animaux y sont interdits, et les éleveurs y sont appelés à «respecter strictement les mesures de biosécurité (notamment la mise à l’abri)». Alors qu’un un autre cas a été confirmé le 28 juillet dans la Manche, il s’agit des premiers foyers depuis le 15 mai, date du dernier foyer détecté, dans le Lot-et-Garonne.

Risques climatiques: l’ordonnance sur le pool de co-réassurance parue au JO

L’ordonnance sur la création du pool d’assureurs et du réseau d’interlocuteurs agréés (guichet unique), dans le cadre de la réforme sur la gestion des risques, a été présenté ce jour en Conseil des ministres. Elle permet «la mise en place de trois éléments structurants» de l’architecture à trois étages de la réforme, indique le compte-rendu du gouvernement. L'ordonnance, qui n’a pas encore été publiée au Journal officiel, précise les conditions de mise en place du guichet unique «composé des entreprises d’assurance distribuant l’assurance multirisques climatique (MRC) subventionnée», pour verser l’indemnisation publique au titre de la solidarité nationale. Elle fixe le «cadre pour la création d’un groupement de co-réassurance» (le fameux pool, NDLR)  réunissant les mêmes assureurs mobilisés sur le guichet unique. Enfin, elle précise les modalités de partage des données entre les assureurs et l’État.

Guerre en Ukraine: hausse des exportations agroalimentaires de l’UE vers l’Afrique

En raison de l’arrêt des exportations de céréales russes et ukrainiennes dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’UE a compensé cette chute en exportant massivement vers l’Afrique subsaharienne, indique la Commission européenne dans son dernier bulletin mensuel publié le 28 juillet. Les principales denrées expédiées concernent les oléagineux (+83% en volume), les céréales (+27%) et les préparations à base de céréales (+14%). Par ailleurs, toujours en raison de la guerre en Ukraine, les importations de maïs en provenance d'Ukraine ont chuté de façon spectaculaire en mars et avril (-35% en glissement annuel), souligne également l’exécutif européen.

Influenza: un cas en élevage dans la Manche, le premier depuis deux mois et demi

Un cas d’influenza aviaire a été détecté dans un élevage à Saint-Martin-le-Hébert (Manche), dans le Cotentin, nous apprend La Manche libre le 29 juillet (article payant). Les quelque 8500 volailles présentes «vont être abattues», précise le quotidien local; il s’agirait de poulets en bâtiment, de dindes et de canards prêts à gaver. Ce cas en élevage est le premier depuis le 15 mai, date du dernier foyer détecté, dans le Lot-et-Garonne. Depuis la fin du printemps, de nombreux cas ont été rapportés sur des oiseaux sauvages le long du littoral de la Manche, depuis le département du Nord jusqu’au Finistère. La Bretagne avait été particulièrement touchée ces dernières semaines.

Influenza: le plan du ministère pour relancer la production et réduire les risques

Comme attendu, le ministère de l’Agriculture et les professionnels ont finalisé, ce vendredi 29 juillet, le plan visant à relancer la production de volailles après l’épisode d’influenza aviaire 2021-2022, tout en réduisant les risques de futures épizooties. À court terme, l’axe central de ce plan consiste à «maximiser les indemnisations pour pertes économiques dans les zones réglementées», en contrepartie d’un engagement des filières à réduire les densités, indique le cabinet du ministre à la presse. Selon la Rue de Varenne, cette mesure devrait «permettre indirectement de disposer de plus de canetons en zones indemnes» (soumises à une pénurie de canetons), tout en limitant la concentration de la production et donc le risque d’influenza cet hiver.

Dénominations animales: le Conseil d’État suspend l’interdiction pour les protéines végétales

Via une ordonnance du 27 juillet, le juge des référés du Conseil d’État suspend le décret du 29 juin 2022 qui interdit aux produits contenant des protéines végétales d’utiliser des dénominations animales (comme «steak» ou «saucisse»). La plus haute juridiction administrative reproche au gouvernement de ne pas «préciser la liste» des dénominations concernées, ce qui «porte atteinte à la sécurité juridique». Le Conseil d’État a aussi validé un autre argument de Protéines France, l’association à l’origine de la saisine: l’interdiction devait entrer en vigueur le 1er octobre, un calendrier «qui ne permet pas matériellement aux entreprises (…) de modifier les dénominations de leurs produits», selon la requête.

Eau: un sujet «prioritaire» pour la commission du Développement durable (M. Zulesi)

«Dans les prochains mois, je souhaite que l’accès à l’eau soit un sujet prioritaire de notre commission», confie le député Renaissance des Bouches-du-Rhône Jean-Marc Zulesi, président de la commission du Développement durable, dans un entretien à paraître demain dans Agra Presse hebdo. «Alors qu’on parle beaucoup de sobriété, serait-il possible de l’appliquer à la consommation en eau, en faisant évoluer les techniques d’irrigation, voire nos modes de culture?», s’interroge le parlementaire, estimant que «le Varenne de l'eau n’a pas répondu à toutes les questions.» Principal outil envisagé: «Une mission commune avec la commission des Affaires économiques, qui permettrait de travailler sur une trajectoire plus précise» en matière de gestion de l'eau et d'adaptation au changement climatique.

Agenda de la semaine agricole du 1er août 2022

Mardi 2 août
Présentation variétale et premier bilan de la saison des abricots par l'AOPn Pêches et abricots (dans les Pyrénées-Orientales)

Mercredi 3 août
Date prévue pour la Commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi Pouvoir d’achat

Jeudi 4 août
Date prévue pour la Commission mixte paritaire (CMP) sur le PLFR 2022 (projet de loi de finances rectificative)

Eau: le décret sur les volumes prélevables publié «dans les prochains jours» (Fesneau)

Le décret relatif à la gestion quantitative de la ressource en eau en période de hautes eaux paraîtra «dans les prochains jours», a annoncé le 27 juillet au Sénat Marc Fesneau. Issu des travaux du Varenne agricole et de «la nécessité de rendre plus facile l’accès à l’eau», le texte encadrant les volumes d’eau prélevables «sera produit dans les prochains jours», a déclaré le ministre de l’Agriculture, répondant à une question de Pierre-Antoine Levi (Union centriste, Tarn-et-Garonne) sur la lutte contre la sécheresse. Marc Fesneau a par ailleurs admis le «besoin d'accélérer» sur l’objectif de «créer des retenues d’eau qui permettent de faire face à la dérégulation climatique».