Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 29-05-2019]

Assemblée générale

La Sicafome se porte bien

photo article
Philippe Martin (au centre) entouré de son bureau, des experts-comptables et du Maire de Moulins-Engilbert.
photo article
Des éleveurs concentrés sur la présentation des résultats du Marché au Cadran.
Le Marché au cadran de Moulins-Engilbert tenait son assemblée générale le vendredi 24 mai. L’occasion de s’arrêter sur les résultats de l’année et d’étudier les perspectives pour l’avenir.
La Sicafome se porte bien. C’est en substance le résumé de l’année fait par Martial Tardivon. «Dans un contexte difficile pour l’élevage, nous avons réussi à augmenter le volume des apports» explique d’entrée le responsable des ventes. Dans le détail le nombre de bovins présentés a progressé de 1 519 pour s’établir à 53 471. Le nombre d’animaux vendus a également augmenté de 1 390 soit 48 847 bêtes. Les invendus restent stables par rapport à 2017, il est de 9%. Côté prix, la moyenne de vente d’un bovin a légèrement augmenté (9 euros) pour une moyenne de 1 051 euros. L’augmentation du nombre d’animaux vendus ajouté au prix de vente moyen entraîne une hausse du chiffre d’affaires de 1 877 210 euros pour s’établir à 51 350 052 euros. En ce qui concerne les ovins, le nombre d’animaux présentés est de 22 271 soit 1 106 de moins qu’en 2017. Le taux d’invendus est en augmentation de 2% par rapport à 2017 soit 6% entraînant une mévente de 1 409 animaux pour un total de 20 924 ovins vendus. Le prix moyen d’un ovin est de 109 euros soit 4 euros de moins qu’en 2017. «Le fait que nous puissions augmenter notre volume dans un tel contexte s’explique par la fidélisation de nos apporteurs. De plus, à 30 km autour du Marché au Cadran, notre taux de pénétration est important. Enfin troisième raison, nous avons les frais de marché les plus bas de France avant ristourne. Globalement, la Sicafome clôture l’année avec un bénéfice net de 40 320 euros après ristourne sur frais de marché» explique le responsable des ventes.

Un politique de fidélisation agressive
La bonne santé de l’entreprise permet à la Sicafome de proposer une politique de fidélisation qui défie toute concurrence. Les jeunes agriculteurs bénéficient de 100% de ristourne sur les frais de marché les deux premières années de l’installation s’ils justifient d’au moins 80% du volume de leur vente au Marché au cadran. Les autres vendeurs ont le droit à 36% de ristourne dans les mêmes conditions. Ces ristournes concernent aussi bien les bovins et que les ovins. Les commerçants ne sont pas non plus oubliés et peuvent prétendre à 5 % de remise pour 100 000 euros de transaction dans l’année. «Tout confondu, cette ristourne totale va s’élever à 120 000 euros directement prélevés sur le compte de l’année» précise Martial Tardivon. Une manière aussi pour la Sicafome de remercier les meilleurs clients de l’année.

De lourds investissements consentis
L’année a également été riche en travaux. L’établissement s’est doté de 14 caméras qui sont situées dans les salles des ventes et tout autour du site, y compris dans les lieux de stockage des animaux. «Cet investissement était nécessaire car nous perdions trop de temps dans des litiges qui sont aujourd’hui réglés en 5 minutes. Nous avons également changé le ring à bascule. Celui-ci est équipé de portes télécommandées ce qui favorise la présentation. Il n’y a plus de bruit à l’ouverture et à la fermeture des portes et nous pouvons proposer des lots plus importants. J’ai récemment passé trois lots de vingt limousines par exemple. Le personnel a également gagné en sécurité et en confort» détaille  Martial Tardivon. On le sait peut-être moins mais la Sicafome est également un établissement d’appuis technique pour les éleveurs. Des aides pour la rédaction du dossier PAC, du PCAE ou d’une demande d’aide de bâtiment sont proposées. Des tarifs dégressifs sont pratiqués en fonction du bénéficiaire ou non de la ristourne sur frais de marché.

2018 : année correcte dans l’export
«2018 restera une année correcte dans l’export. L’Italie continue de nous acheter du mâle et de la femelle. Mais nous avons aussi obtenu de nouveaux marchés sur la voix mâle. Je pense notamment au Maroc, à la Tunisie, à l’Israël, à l’Allemagne, à l’Espagne et à l’Algérie. C’est essentiellement du broutard de 300 à 500 kg qui se vend actuellement. Pour moi, si nous avons été en capacité de capter ces marchés c’est grâce à la très bonne vaccination des animaux français. Nous avons été un des seuls établissements à proposer des animaux vaccinés avec le sérotype 4 et 8 à plus de soixante jours. Il faut être reconnaissant vis-à-vis des éleveurs qui ont joué le jeu. Les acheteurs sont donc venus chez nous car dans d’autres régions, les animaux n’avaient pas les deux vaccins recherchés», explique en conclusion Martial Tardivon.

Théophile Mercier

photo article

Projet - Vers plus de luzerne dans le nord de la Nièvre

[En ligne le 19-06-2019]

photo article

Territoires - Un plan pour la transition énergétique du département

[En ligne le 13-06-2019]

photo article

Viticulture - Une installation réussie

[En ligne le 13-06-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1532

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux