Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 25-04-2019]

FDSEA

Une assemblée générale riche et animée

photo article
La FDSEA a réuni plus d’une centaine de personnes pour son assemblée générale.
Les aléas climatiques (humidité, sécheresse, gel…), sanitaires (FCO, BVD…) et les aléas de marché (fixation des prix) deviennent une donnée structurante du monde agricole.
Comment gérer les exploitations nivernaises quand un évènement à caractère exceptionnel survient chaque année ?
Tel était le thème de l’assemblée générale de la FDSEA jeudi 18 avril à Cossaye, qui fut un moment d’échange syndical autant que de réflexion sur la gestion des risques sur les exploitations, et une occasion d’interpeller les Pouvoirs publics.
Plus d’une centaine de personnes étaient présentes à ce grand temps fort syndical qu’est l’assemblée générale de la FDSEA, en présence de Joël Limouzin, agriculteur en Vendée, vice-président de la FNSEA et président du FMSE (Fond de Mutualisation Sanitaire et Environnementale).

Dégâts de gibier
Plusieurs exploitants ont livré leur témoignage malheureux de relations parfois difficiles avec le monde de la chasse… Une constante depuis près de trois ans maintenant. Sur le sujet de l’entretien des clôtures de protection, qui, pour mémoire, est à la charge du détenteur du plan de chasse depuis la dénonciation de la convention liant la Chambre d’agriculture à la FDC début 2018, «les chasseurs nous demandent d’acheter des batteries. Pourquoi serait-ce à nous, agriculteurs, de prendre en charge l’achat des batteries ?» interpelle un adhérent.
Stéphane Aurousseau, président de la FDSEA, rappelle : «Nous regrettons ce problème sur lequel des discussions sont engagées et nous allons faire le nécessaire, dans la construction, pour faire avancer ce dossier… Ce n’est effectivement pas à l’agriculteur d’engager des frais pour protéger ses cultures alors même que cette mission incombe aux fédérations des chasseurs. L’enveloppe d’indemnisation de dégâts sur prairie triple cette année ! Ce n’est pas faute d’avoir prévenu ! La prise de conscience ne vient malheureusement que par la pression du porte-monnaie… La FDSEA a toujours été constructive sur le dossier et le restera, au nom des intérêts agricoles et parce qu’il existe une vraie amitié, une fraternité, entre l’agriculture et la chasse». Le 10 mai aura lieu la prochaine CDCFS (Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage) dont les agriculteurs attendent beaucoup.

Boisements illégaux dans le Morvan
Le syndicat de Montsauche a interpellé le Conseil départemental sur l’enjeu des boisements illégaux dans le Morvan. «Cela fait plus de dix ans que nous avions alerté le Conseil départemental sur le sujet, depuis, rien n’a bougé… des sapins vieux de trente ans, laissés à l’abandon, poussent à deux mètres de nos limites de clôtures» constate Éric Boucher. «Suite à l’action syndicale de remise à jour réglementaire organisée en mai 2018, le Conseil départemental, qui a la compétence pour faire appliquer la réglementation, a semblé se réveiller pour mettre à plat la situation. Problème : depuis, et après une dernière volte-face des forestiers en bout de négociation, c’est le vide juridique ! et les plantations anarchiques reprennent ! Que fait le département ?» Une situation de laisser-aller incompréhensible pour les agriculteurs Morvandiaux qui ont assuré de leur détermination et de leur volonté de repartir de plus belle en action syndicale si les acteurs de ce dossier ne retrouvent pas le chemin de la raison et de la négociation. Dont acte !

Sanitaire
La gestion des risques, notamment sanitaires mais pas seulement, était au cœur de la table ronde de cette assemblée générale. Joël Limouzin distingue trois niveaux de gestion des risques : à l’échelle individuelle d’abord, sur la ferme, avec l’épargne de précaution et le stockage physique.

Le second niveau est la mutualisation professionnelle à travers les outils assurantiels, climat notamment. «Les formules d’assurance climat, avec la moyenne olympique des cinq années précédant le sinistre, ont trouvé leurs limites», explique Didier Guyon. Seules 30 % des surfaces céréalières françaises étaient assurées en 2018 ; constat similaire sur les prairies où seul 1 % à 2 % des surfaces sont assurées. Joël Limouzin s’en étonne «Avec l’assurance prairie, certains exploitants ont touché quatre fois plus d’indemnités qu’avec les calamités.» La France et l’Europe seront demain sûrement plus incitatives, notamment dans le cadre de la PAC.
Le Ministre, Didier Guillaume, souhaiterait une PAC plus assurantielle, en offrant une place plus importante à la gestion des risques dans le deuxième pilier.

Le troisième niveau de gestion du risque est la solidarité nationale. Le réseau FNSEA se bat pour le maintien du fond des calamités, alimenté par les primes d’assurance et par l’État. Parallèlement aux calamités, la profession a décidé de créer le FMSE (fond de mutualisation sanitaire et environnemental), présidé par Joël Limouzin et administré par des exploitants, pour intervenir sur les incidents de catégories 2 et 3. Les exploitants français contribuent au budget du FMSE à hauteur de 35 %, les fonds publics nationaux et européens contribuant à hauteur de 65 %, pour accompagner les différentes productions : «Pour la FCO8, au moment où il n’y avait pas de vaccins, le FMSE a financé un accompagnement pour compenser les coûts de blocage» illustre Joël Limouzin.

Faire des économies avec la FDSEA
La FDSEA étoffe cette année la gamme de ses services aux adhérents avec l’achat d’électricité à tarif préférentiel, et la structuration d’une offre de services de comptabilité, gestion et conseil d’entreprise.

En effet un partenariat a été noué avec Lucia, coopérative d’électricité implantée sur tout le territoire et fournissant de l’électricité aux coopératives et aux exploitants. Alors qu’EDF annonce une hausse des tarifs de 5,9 % en juin, les gains à en attendre sont réels : -20 % sur le prix de l’abonnement, et prix de l’électricité bloqué pendant trois ans ! Quand on sait qu’en moyenne les tarifs augmentent de 2,5 % chaque année… Ainsi témoigne Stéphane Aurousseau : «J’ai passé la ferme et la maison d’habitation chez Lucia, ça fonctionne, pas de différence ni d’incidence au niveau du compteur, hormis une facture plus légère !»
La FDSEA a également engagé une démarche de développement d’un service de comptabilité-gestion et de conseil aux entreprises au travers d’un partenariat second avec l’association de gestion de comptabilité AS BFC, une structure tout droit issue du syndicalisme, qui s’implantera à compter du 6 mai dans la Nièvre, à Nevers. Deux autres bureaux pourront accueillir les exploitants : Autun et Bourbon-Lancy.

Service syndical FDSEA

photo article

Fête de l’agriculture - Une édition 2019 réussie

[En ligne le 19-09-2019]

photo article

Sanitaire - FCO : les résultats de l’enquête du GDS dévoilés

[En ligne le 12-09-2019]

photo article

Viticulture - Un nouveau chai pédagogique pour le lycée de Cosne

[En ligne le 12-09-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1545

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux