Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 21-10-2020]

Diversification

La Tiny House, une piste pour des revenus complémentaires

photo article
La Tiny House se présente comme un hébergement écologique et autonome, facile à installer sur des terrains qu’un agriculteur n’exploiterait pas. Le but, pour Bucoli, étant d’offrir ainsi une expérience de séjour au calme.
photo article
Proximité avec la nature et confort simple : c'est la philosophie de cette offre d'agritourisme.
photo article
Louis Graffeuil (à gauche) et Marc Arnal, les fondateurs de Bucoli, sont en recherche d’agriculteurs qui pourraient être séduits par leur concept.
Concept venu des États-Unis, la Tiny House se développe en France, notamment par le biais de l’agritourisme. Installer ces petites maisons mobiles sur des terrains à la campagne, c’est ce que propose la start-up Bucoli. Une idée qui peut constituer une forme de diversification.
Installer une petite maison sur un terrain que l’on ne sait comment valoriser, c’est l’idée que propose Bucoli. Cette start-up, créée très récemment par Marc Arnal et Louis Graffeuil, tente de développer un concept d’agritourisme permettant à des urbains d’aller se mettre au vert, et à des agriculteurs de trouver un complément de revenus. Bucoli investit dans des hébergements écologiques en bois (ces fameuses Tiny Houses, nées aux États-Unis en réaction aux problèmes de logement entraînés par la crise économique de 2008). Si ces petites maisons avaient d’abord vocation à répondre à une problématique de crise pour des personnes ayant perdu leur logement, rapidement, le concept a aussi évolué vers une approche plus touristique. Le mot anglais «Tiny» signifie minuscule dans notre langue et la caractéristique principale de ces hébergements c’est effectivement leur petite taille, qui les rend faciles à déplacer et à transporter. Mais ces constructions sont pourtant de vraies maisons, bien plus élaborées qu’un simple mobile-home.

À deux heures de Paris
En lançant leur entreprise, les créateurs de Bucoli ont voulu faire le lien entre le désir d’évasion vers la nature exprimé par les jeunes urbains, et l’opportunité que pouvaient représenter les terrains, certes entretenus, mais pas toujours cultivés, que possèdent de nombreux agriculteurs. «En partant de cette volonté, explique Louis Graffeuil, nous avons tenté d’élaborer une offre qui, dans un premier temps, peut faire émerger des possibilités de séjour à deux heures de Paris». Une première Tiny House a ainsi été installée dans le sud de l’Yonne, à Sainpuits. «Le but, poursuit Louis Graffeuil, n’est pas de créer des «campings» avec des alignements de Tiny Houses. Au contraire, nous vendons à nos clients la possibilité de passer quelques jours le plus tranquillement possible, sans vis-à-vis, en pleine nature». C’est la raison pour laquelle la société est en recherche d’agriculteurs, déjà impliqués dans l’agritourisme sous une forme ou sous une autre, ou qui souhaiteraient se lancer pour la première fois, afin de se constituer un complément de revenus par ce biais. «Pour l’instant, le principe est de disposer d’une offre à deux heures de Paris mais nous comptons l’élargir ensuite aux alentours d’autres grandes villes, en ciblant toujours la clientèle urbaine».

Pas une contrainte supplémentaire
L’un des points centraux de ce concept, c’est qu’il ne doit pas constituer une contrainte supplémentaire pour l’exploitant agricole : «nous investissons dans l’hébergement, nous l’installons sur le lieu, nous nous occupons des aspects administratifs et de l’assurance. Nous nous chargeons aussi de remplir cet hébergement avec notre propre plateforme de réservation. L’agriculteur, lui, doit mettre à disposition son terrain dont il doit assurer l’entretien, ce que la plupart font, même sans cela d’ailleurs. Il n’y a pas de nécessité d’aménagements particuliers en ce qui le concerne. Pour la rémunération, nous lui reversons 20 % du montant de la réservation plus le forfait ménage qui lui revient en intégralité». À cela s’ajoute pour l’exploitant agricole la possibilité, s’il le souhaite, de proposer ses propres services aux clients (dégustation et vente de produits de sa ferme, organisation de visites de sa région…) Pour le mois d’octobre, Bucoli annonce un taux de remplissage de 80 % pour ses Tiny Houses déjà implantées. Les tarifs de nuitées sont de l’ordre de 129 euros les week-ends et autour de 100 euros en semaine.



Notes : Si vous souhaitez contacter la start-up pour proposer un terrain, rendez-vous sur le site www.buco.li

Berty Robert

votre publicité
photo article

Grippe aviaire - Une situation compliquée

[En ligne le 26-11-2020]

photo article

Communication - À la recherche des petits bruits qui en disent long sur l’alimentation

[En ligne le 04-11-2020]

photo article

Innovations - AG Meet Up, le marché aux idées

[En ligne le 21-10-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1606

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux