Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 14-10-2020]

Éleveur & Engagé

Quand des éleveurs prennent en mains leurs débouchés

photo article
L'ensemble du groupe d'éleveurs entourés des formateurs d'Interbev et de l’animatrice de la FDSEA.
photo article
Les éleveurs pendant l’exercice de l’interview face caméra.
photo article
Julie Cadiot, Valentin Fassier et Dimitri Fayet, les trois éleveurs à l’origine du projet entourés de Romaric Gobillot, président de la section bovine de la FDSEA, de Jean-François Mousset, président de Leclerc et Jérôme Nourry, le boucher.
Depuis plusieurs mois, un groupe d’agriculteurs de la périphérie de Nevers a entamé des discussions avec l’enseigne Leclerc pour valoriser leurs vaches charolaises avec la démarche Éleveur & Engagé. La signature de cet accord a été réalisée le 30 septembre entre les trois éleveurs à l’origine de la démarche, Jean-François Mousset, le président de la SAS Nevers DIS Centre Édouard Leclerc, la FDSEA et les JA.
Prendre en main son avenir et son débouché, c’est la démarche qu’on entreprit des éleveurs de la périphérie de Nevers. Ils sont une vingtaine à s’être engagés dans la démarche « Éleveur & Engagé » (voir encadré). Une démarche qui va leur permettre de valoriser leurs vaches charolaises dans les supermarchés Leclerc. Julie Cadiot l’une des éleveuses à l’origine des discussions revient sur la genèse du projet : « Avec certains collègues (Julie Cadiot, Valentin Fassier et Dimitri Fayet ndlr), nous savions que les responsables de Leclerc recherchaient des éleveurs pour travailler en circuit court. Nous nous sommes rapprochés de la FDSEA et nous nous sommes lancés dans la démarche en emmenant d’autres éleveurs. Pour faire partie du groupe, il fallait être installé à 20 km maximum de Nevers et de son agglomération et surtout être syndiqué soit au JA ou à la FDSEA, sachant que la démarche est une émanation directe de la FNB » explique simplement l’éleveuse de Challuy. Avec la démarche « Éleveur & Engagé », les parties prenantes du projet vont pouvoir bénéficier d’un accompagnement de la part de la FDSEA, aussi bien sur le plan administratif et juridique que sur les supports de communication. Des photos des éleveurs seront en effet visibles sur les points de vente du magasin. « C’est un engagement entre nous, l’abattoir Socopa (dans l’Allier) et le transporteur qui sont prestataires de services. Nous engageons nos bêtes au trimestre avec un prix fixe qui peut-être revu tous les trois mois. Mais nous devons être précis dans notre travail et ne pas engraisser trop la bête sous peine de ne pas la voir valorisée dans le cahier des charges. Chez Socopa, la vache est découpée à la troisième côte et suivant le gras, c’est l’abattoir qui nous dit si oui ou non elle peut partir dans la démarche, sachant qu’il faut une conformation entre 380 et 500 kg » précise l’éleveuse. Le groupe s’est engagé à fournir 150 bêtes par an avec un potentiel d’engraissement qui peut atteindre 350 vaches.

Communiquer, ça s’apprend
Dans le cahier des charges de la démarche, il y avait pour les éleveurs l’obligation de se former à la prise de parole sur le bien-être animal. Au-delà de ce sujet qui revient à de nombreuses reprises dans les débats, cette formation était l’occasion pour les membres du groupe d’apprendre à bien réagir et à donner des réponses précises aux journalistes et aux futurs consommateurs qu’ils vont rencontrer pendant leurs animations point de vente. Une journée de formation mise en place par Interbev pour la première fois dans notre département : « L’enjeu pour les participants est de bien vulgariser leur métier et d’assumer leurs pratiques, ce qui n’est pas toujours aisé pour eux. Cette journée se déroule en trois temps : dans un premier temps, nous demandons aux éleveurs de se présenter et de nous donner leur vision du bien-être animal (BEA). Ensuite nous leur donnons des éléments de réponses pour argumenter sur ce thème. Et enfin, nous mettons en place des plateaux TV pour permettre aux participants de valoriser son métier face caméra » explique Caroline Mousseron, chargée de missions à Interbev BFC. Parmi les sujets abordés lors des plateaux, il y a la question de l’élevage industriel et du circuit de l’élevage à l’abattage. Les participants ont dû répondre à ces sujets devant une (pseudo) journaliste apparentée à Élise Lucet de France 2 et un (pseudo) contradicteur assimilé à l’association L214. Enfin, par groupe de trois, les participants se sont prêtés au jeu de l’interview face caméra en se mettant dans la situation du Salon de l’agriculture à Paris : Utilisez-vous des antibiotiques, c’est quoi le bien-être animal ? Pourquoi engraisser une vache ? Telles sont les questions posées durant cet exercice de l’interview. Cette séquence est ensuite visionnée à la fin de la journée par l’ensemble du groupe pour un retour d’expérience.
À l’issue de la journée, les éleveurs étaient ravis d’avoir pu participer à ce type de formation assez nouvelle pour eux.

Des retours positifs
Collectivement, ils se sont aperçus qu’ils ont tendance à utiliser du vocabulaire trop technique et que les réponses étaient parfois trop longues. « Je pense que cette journée a permis de mieux répondre aux attentes du consommateur et d’appréhender sa perception du métier » estime Éric Dessauny. « Ce n’est pas facile de parler de nous, et je pense qu’il vaut mieux insister sur nos pratiques plutôt que la technicité du métier » a ajouté Nicolas Nolin. En conclusion, Stéphanie Cousin, l’intervenante leur a livré un dernier conseil : « Il faut que vous soyez capables en quelques minutes d’expliquer votre métier car le consommateur en magasin ne reste pas longtemps ». Le groupe doit se retrouver pour une journée de lancement dans un mois.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Marchés bovins - Une réunion pour envisager l’avenir

[En ligne le 21-10-2020]

photo article

Sicafome - « Une conjoncture inquiétante »

[En ligne le 08-10-2020]

photo article

Marché au cadran - Sicagemac : une année compliquée

[En ligne le 08-10-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1601

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux