Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 01-10-2020]

Chambre d’agriculture

La session fait sa rentrée

photo article
À la tribune : Blandine Georjon, secrétaire générale de la préfecture ; Didier Ramet, président de la Chambre d’agriculture et Patrice Perrot, député.
photo article
Jean-Baptiste Dollé de l’Institut de l’Élevage est venu présenter le projet CAP 2 ER qui a pour ambition d’identifier les marges de progrès pour assurer la pérennité des exploitations agricoles.
C’est la rentrée pour les élus de la Chambre d’agriculture qui se sont réunis en session jeudi 24 septembre au lycée agricole de Château-Chinon.
Le programme était chargé pour cette session de rentrée de la Chambre d’agriculture qui s’est déroulée le jeudi 24 septembre au lycée agricole de Château-Chinon.
Les travaux ont débuté par la traditionnelle présentation du budget de la chambre consulaire. Sur ce sujet, le point qui a suscité le plus de débats est sans aucun doute la taxe de 10 % que la Chambre de la Nièvre est obligée de reverser à la Chambre régionale.
Une cotisation qui s’élève à 223 704 euros, une somme qui n’est pas négligeable pour un budget serré comme celui de la Nièvre. «Attention à ne pas déshabiller notre antenne départementale pour des projets qui ne concernent pas forcément les exploitants de nos départements» a mis en garde un élu. Un autre de poursuivre : «Nous avons avant tout besoin dans nos chambres départementales de personnels compétents qui viennent en aide aux exploitants localement. Ce genre de taxe risque à terme d’aller à l’encontre du service rendu à l’usager». Des inquiétudes entendues par le président Ramet mais qui est néanmoins obligé de se soumettre à cette taxe qui est inscrite dans le code forestier. Les travaux se sont ensuite poursuivis par l’intervention de Jean-Baptiste Dollé de l’Institut de l’Élevage qui est venu parler de stockage du carbone. Il s’est particulièrement arrêté sur un nouvel outil développé par l’Idel en lien avec les filières d’élevage appelé CAP 2 ER.
Ce programme a pour objectif d’évaluer les impacts environnementaux à l’échelle d’une exploitation d’élevage de ruminants et par atelier. «Il s’appuie sur des données collectées par les réseaux d’élevage et testé à la ferme de Jallony et à Thorigné-d’Anjou. L’enjeu est d’identifier les marges de progrès et mettre en place des actions pour améliorer l’empreinte environnementale des exploitations tout en assurant leur pérennité» précise Jean-Baptiste Dollé. Les élus se sont montrés très intéressés par cette présentation. En témoignent les nombreuses questions adressées aux techniciens de l’Idel.

Une motion et un projet qui fait débat
Après trois années de sécheresses, le président Ramet a décidé de mobiliser les parlementaires et les élus des collectivités territoriales pour leur proposer un plan ambitieux en trois axes appelé «Partage» et qui comprend l’eau, le soleil et la terre. Pour l’eau, il souhaite investir 1 milliard d’euros, amortissable sur 50 ans pour créer pour chaque commune nivernaise des réserves d’eau. Didier Ramet ambitionne ainsi d’alimenter les ruisseaux, protéger la biodiversité et soulager la consommation d’eau potable qui va devenir un conflit d’usage majeur selon lui.
Pour financer ce projet, il compte sur le deuxième volet à savoir le soleil. «Nous estimons qu’un département comme la Nièvre, pourrait consacrer jusqu’à 2 % de sa SAU à l’agrivoltaïsme, soit 7 000 ha. Les ressources fiscales dégagées, entre 35 et 50 millions d’euros par an donneraient aux collectivités et à la Chambre d’agriculture, la possibilité d’accompagner sereinement le projet» estime Didier Ramet. Enfin dernier volet, la terre.
La crise sanitaire a permis de voir que la Nièvre avait la capacité de répondre à la demande en alimentation végétale mais pas forcément, voire par du tout, en produits issus du maraîchage. Fort de ce constat, le président de la Chambre d’agriculture, va proposer aux collectivités locales d’étudier la possibilité d’installer des agriculteurs en productions légumières à haute valeur ajoutée, et de partager l’installation et l’accompagnement de ces nouveaux producteurs.
Ce projet soumis à la session a suscité de nombreux débats notamment sur la partie photovoltaïque.
C’est le cas des JA qui estiment ne pas avoir assez de recul sur le sujet pour adopter le projet. Ils craignent aussi que le foncier soit utilisé au détriment de l’installation de jeunes exploitants.
Malgré les oppositions, la motion de la Chambre d’agriculture résumant ce projet a été adoptée à une large majorité.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Marchés bovins - Une réunion pour envisager l’avenir

[En ligne le 21-10-2020]

photo article

Éleveur & Engagé - Quand des éleveurs prennent en mains leurs débouchés

[En ligne le 14-10-2020]

photo article

Sicafome - « Une conjoncture inquiétante »

[En ligne le 08-10-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1601

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux