Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 24-09-2020]

Forêt

« Une crise sanitaire sans précédent »

photo article
Plus de 7 millions de m3 d’arbres sont impactés par les scolytes sur l’ensemble du quart Nord-Est de la France.
La situation sanitaire des forêts de l’Yonne et du quart Nord-Est de la France se trouve aujourd’hui dans un état critique. Plus de 7 millions de mètres cubes d’arbres sont impactés par les scolytes. Et la sécheresse qui touche le département ces dernières années n’arrange en rien la situation.
« Les forêts connaissent une crise sanitaire sans précédent », lance Hugues de Chastellux, président du Syndicat des propriétaires forestiers de l’Yonne. « Les scolytes sur les épicéas se sont amplifiés à cause des conditions climatiques que nous avons eues depuis le mois d’avril dernier. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, on serait à plus de 7 millions de mètres cubes sur tout le quart Nord-Est de la France : c’est-à-dire Grand-Est et Bourgogne Franche-Comté. C’est une véritable catastrophe ».
Selon Hugues de Chastellux, « le scolyte progresse. On ne sait pas où cela va s’arrêter ». L’Yonne et surtout le secteur du Morvan sont fortement touchés par ce phénomène.
Mais pour le président du Syndicat des propriétaires forestiers de l’Yonne, on trouve de plus en plus de scolytes sur les épicéas, sur l’ensemble du territoire français. « J’ai récemment pu en constater dans le Limousin et la Corrèze. On en voit partout ».
Une problématique ressort : le prix de vente du bois. « Aujourd’hui, les prix de vente vont de 5 à 15 € le mètre cube, ce qui est très faible. Cela se vendait 40 ou 50 € le mètre cube il y a encore quelques années », assure Hugues de Chastellux. « Le prix de vente paye à peine l’abattage des arbres ».

Des sécheresses successives
Les conditions climatiques de ces dernières années n’arrangent rien à la situation délicate des forêts. « On en est à la troisième voire quatrième année de sécheresse très forte, qui touche non seulement les résineux mais aussi les feuillus. On voit que les chênes pédonculés, dans le Morvan notamment, supportent beaucoup moins la sécheresse que les autres. On assiste à un dépérissement accéléré des chênes pédonculés. On est inquiet », confit Hugues de Chastellux.
Alors quelles solutions pour les propriétaires forestiers ? « On se pose des questions : Que faire ? Que planter ? Que faut-il faire sur les sols ? Que faut-il faciliter comme régénération ? On a vraiment beaucoup d’inquiétudes. Il y a des tas d’études actuellement qui sont faites par les organismes spécialisés, comme le CNPF (centre national de la propriété forestière), qui prennent en compte le réchauffement climatique », indique-t-il.
Aussi, d’après le président du Syndicat des propriétaires forestiers de l’Yonne, « certaines associations souhaiteraient supprimer totalement les coupes rases, qui font pourtant partie de l’exploitation normale d’une forêt. On ne comprend pas bien cette position extrême qui n’a pas de sens sur le plan économique », alerte-t-il. « Il ne faut pas oublier que la forêt représente des milliers d’emplois dans le Morvan. Aujourd’hui, le bois est de plus en plus demandé, notamment dans la construction. Alors on ne peut pas nous mettre des bâtons dans les roues comme cela », conclut Hugues de Chastellux.

Christopher Levé

votre publicité
photo article

Annulation des salons - Perte financière importante et craintes pour les vignerons

[En ligne le 21-10-2020]

photo article

Viticulture - Un projet de recherche pour lutter contre l’enroulement viral

[En ligne le 14-10-2020]

photo article

Fédération départementale ovine - La prédation dans l’Yonne au cœur des débats

[En ligne le 08-10-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1601

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux