Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 09-09-2020]

Ouverture de la chasse

Ils rattaquent

photo article
Julien Jeannin et son fils Paul, à Chazilly.
photo article
Cédric Sonnet, exploitant près de Saulieu.
Les chasseurs ont rendez-vous le 20 septembre pour leur première sortie de l’année. Rencontre avec deux agriculteurs passionnés.
Plus que quelques jours et les fusils seront de sortie. Cédric Sonnet, vers Saulieu, et Julien Jeannin, près de Pouilly-en-Auxois, ont coché la date du 20 septembre depuis bien longtemps sur leur calendrier. Cette nouvelle saison, ils l’espèrent tous les deux intense, riche en émotions, avec de nombreux moments de complicité en compagnie de leurs chiens et amis respectifs. La réalisation des plans de chasse, avec la nécessaire régulation du sanglier, sera bien sûr une priorité. À ce titre, ces deux éleveurs de vaches charolaises ont réalisé une très belle saison 2019-2020 en prélevant 26 cochons à eux deux.

« Au cœur de l’action »
Cédric Sonnet a contracté le virus de la chasse dès son plus jeune âge, au sein de sa famille : « J’accompagnais tout le temps mon père et mon grand-père. J’ai passé le permis le plus tôt possible, dès 16 ans. Depuis, je ne rate plus aucun week-end ! ». Ce Côte-d’orien de 27 ans chasse dans trois sociétés à Villargoix, Thoisy-la-Berchère et Chanteau. Ses week-ends sont « plus que bien remplis » avec, en plus, le travail à la ferme à assurer. Cédric Sonnet reconnaît « ne pas tenir en place » et opte logiquement pour la traque, la très grande majorité du temps : « j’y vais avec mes deux chiens, un fox et un jagd. Je vais bientôt avoir un beagle, un copain m’en a réservé un dans une portée. Traquer, c’est très vivant, nous sommes au cœur de l’action, c’est sans doute ce que j’aime le plus dans la chasse ». Son record personnel de sangliers a été pulvérisé la saison dernière avec un nombre incroyable de 14 prélèvements. Le président JA du canton de Saulieu-Liernais « re-signerait » bien volontiers pour réaliser le même tableau cette année : « avec le temps, j’ai appris à mieux viser, en prenant un peu plus mon temps. Je me souviens à l’époque, quelques jours après l’obtention du permis, mon père m’avait invité à passer une journée dans l’Aube : j’avais vu près de 80 sangliers en une seule matinée et j’y avais laissé ma cartouchière, sans la moindre réussite au tir ! Mon plus beau coup de fusil à ce jour ? C’était l’année dernière, avec un sanglier de 110 kg tué dans un fond de vallée, à plus de 200 mètres ».

Chasse 1-foot 0
Julien Jeannin, à Chazilly, prépare aussi l’ouverture avec son fils Paul, qui l’accompagne très régulièrement lors de ses sorties : « Il y a une certaine impatience à reprendre, mais dans une moindre mesure. En effet, j’ai chassé à l’affût tout le mois de mai, avec l’autorisation de la DDT et avec des louvetiers, pour tenter de réguler les sangliers autour de l’exploitation. Ce qui me manque le plus aujourd’hui, c’est sans doute de lâcher mes cinq chiens ! ». Son permis de chasse, Julien Jeannin l’avait passé avec quatre années « de retard », à seulement 20 ans : « je jouais au foot, il avait fallu faire un choix… J’ai réussi à jongler avec ces deux activités durant une seule saison, l’amour de la nature a vite pris le dessus… ». L’agriculteur de 41 ans, qui traque dans son village ainsi que dans trois autres sociétés, a battu deux de ses records la saison dernière. Douze sangliers sont en effet tombés devant lui, dont une bête noire de 132 kg prélevée à l’affût.

Leurs rêves de chasseur
Muni d’une baguette magique, Cédric Sonnet changerait les idées préconçues d’un trop grand nombre de personnes ne connaissant pas la chasse mais donnant régulièrement leur avis : « nous sommes trop souvent perçus comme des moins que rien et comme des destructeurs de la nature, alors que c’est tout l’inverse… Cela a tendance à m’énerver, d’autant plus que je suis sur les réseaux sociaux et je lis de nombreuses bêtises sur le sujet… Le monde d’aujourd’hui est comme ça, c’est regrettable. La régulation des populations ne se fait pas toute seule, l’humain a toujours chassé. Les gens qui habitent en ville ne se sentent pas concernés, tant que les sangliers ne viennent pas les embêter chez eux. Je le rappelle ici, une population non chassée double chaque année… Je laisse les experts deviner ce que deviendraient nos territoires sans chasseurs ! ». Julien Jeannin, pas insensible non plus à ce type de préjugés, confie un rêve un peu plus « personnel », celui de prélever un jour un joli cerf : « cela ne m’est pas encore arrivé. Cela se fera peut-être dans la vallée de l’Ouche, où je me rends une fois par an. Avec Paul, nous avons aperçu un cerf la saison dernière mais le tir n’a malheureusement pas été possible. Ce sera pour une prochaine fois ».

Quelles solutions ?
Les tableaux dressés par ces deux chasseurs donnent aussi une certaine idée du nombre de sangliers, devenu très important ces dernières années. « Ce n’est pas un scoop, il y en a beaucoup trop aujourd’hui et de nombreux dégâts sont à déplorer dans nos cultures », observe Cédric Sonnet, « les hivers cléments que nous vivons sont propices à la reproduction, je pense aussi qu’il y a trop de tirs sélectifs. Selon moi, la mise en place des plans de chasse a joué un rôle dans le développement des populations. Une solution, à mon avis, consisterait à retirer les bracelets à tout le monde pendant au moins une année. Nous verrions ensuite comment évolueraient les populations, il faudrait faire le test ». Pour Julien Jeannin, l’agrainage fait beaucoup de mal : « il y a aussi beaucoup trop de territoires non chassés. Certaines sociétés ont sans doute trop de bois pour pouvoir chasser convenablement partout, toute la saison. La mode est actuellement aux petits chiens : les grands chiens courants sont de moins en moins nombreux et les sangliers restent souvent sur le même territoire, ça n’aide pas. Je vois aussi deux autres raisons : le tir sélectif est trop répandu, et trop de sociétés ne chassent pas le sanglier dès l’ouverture ».

AG

votre publicité
photo article

Récolte de pommes de terre - Pas trop la frite

[En ligne le 24-09-2020]

photo article

Production laitière - Environnementalement vôtre

[En ligne le 09-09-2020]

photo article

Reproducteurs charolais - Des portes grandes ouvertes

[En ligne le 09-09-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1597

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux