Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 22-07-2020]

Productions végétales

Le meilleur pour la fin ?

photo article
Hubert Coucheney mise sur son orge de printemps et son tournesol pour terminer sur une meilleure note.
Un agriculteur du Châtillonnais évoque ses moissons, qui ont particulièrement mal débuté.
Le début des moissons d’Hubert Coucheney, exploitant agricole à Planay, a été compliqué et ne restera certainement pas dans ses meilleurs souvenirs. Des maigres rendements ont été obtenus dans un premier temps en orge d’hiver (36 q/ha) puis en pois (13 q/ha). « C’est très décevant, même si j’ai limité le nombre d’interventions », confie le Côte-d’orien de 51 ans. Celui-ci retrace l’évolution de ses deux cultures : « l’orge, uniquement en variété Étincel, a souffert du sec et du gel, les plantes n’avaient pas tallé. Je m’attendais à ce faible niveau de récolte, alors que le potentiel est d’environ 60 q/ha. Il n’y a quasiment pas eu de paille cette année : sur une parcelle j’ai seulement récolté un quart des volumes habituels. La seule bonne nouvelle en orge vient de sa qualité, avec un calibrage supérieur à 90 points. Le taux de protéines varie quant à lui de 11 à 11,50 %, c’est aussi dans les normes. En ce qui concerne le pois, je l’avais semé de bonne heure, il était très bien parti, mais les nombreux pucerons verts que nous avons eus ont été très difficiles à maîtriser, d’autant que l’insecticide le plus efficace du marché n’était plus disponible au moment voulu. Le sec n’a rien arrangé non plus ».

Désespoir puis des espoirs
Hubert Coucheney a ensuite fauché ses blés jusqu’au 15 juillet, en variétés Unik et Absalon : « les résultats varient selon le type de terre. Sur les plus légères, une parcelle donne seulement 42 q/ha. J’en ai ensuite deux autres à respectivement 52 et 62 q/ha, la moyenne finale en blé dépassera difficilement 50 q/ha. Comme en orge, la qualité est heureusement au rendez-vous avec des PS entre 83 et 84. Les protéines varient entre 11,5 et 13, plusieurs bennes approchent même les 14 % ». L’agriculteur de Planay, rencontré la semaine dernière, espérait obtenir de meilleurs résultats dans ses orges de printemps : « elles présentent bien à ce jour. Elles ne feront pas des miracles pour autant mais je garde de bons espoirs. Idem pour le tournesol qui devrait être récolté vers la fin septembre. Ils sont bien partis malgré une certaine hétérogénéité dans les stades végétatifs. Il faudra des pluies régulières le reste de l’été, pour espérer quelque chose de positif ». Hubert Coucheney fait remarquer l’omniprésence de cette dernière culture dans son secteur : « son développement est impressionnant, au détriment du colza qui multiplie les déboires. Du colza, j’en ai fait une toute dernière fois l’an passé, une grande partie de l’assolement avait dû être retournée et je n’avais récolté que 5 q/ha sur ce que j’avais conservé… C’est actuellement ma troisième campagne consécutive en tournesol : la première année s’est plutôt bien comportée avec 24 q/ha obtenus sur d’assez bonnes terres. La seconde année avait été beaucoup plus difficile avec 14 q/ha, dans un moins bon champ ».

Aurélien Genest

foire de chalon
photo article

Moutarde - ça pique

[En ligne le 29-07-2020]

photo article

Productions végétales - Le blé tient ses promesses

[En ligne le 29-07-2020]

photo article

Abreuvement des bovins - Une solution tombée du ciel

[En ligne le 29-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1590

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux