Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 02-07-2020]

élevage

En vente directe, le bouche à oreille fait son effet

photo article
Depuis 2015, l’éleveur (ici avec sa compagne Charlène) fait de la vente directe.
photo article
Des produits préparés sont également proposés aux clients. Un moyen de se diversifier et s’assurer de n’avoir aucune perte.
photo article
Mickaël Mothe s’est installé en 2012 à Fontenay-près-Chablis.
Installé depuis 2012 et la fin de ses études, Mickaël Mothe, éleveur à Fontenay-près-Chablis, s’est lancé dans la vente directe en 2015. Une activité qui s’est développée grâce au bouche-à-oreille et qui a su fidéliser une clientèle de plus en plus friande pour s’approvisionner directement chez le producteur.
C’est accompagné de sa compagne Charlène que Mickaël Mothe, éleveur à Fontenay-près-Chablis, raconte ses débuts. «Je me suis installé en 2012, après avoir obtenu un BTS en productions animales à Nevers (Nièvre). Au départ, il y  avait 45 vaches pour 84 hectares sur l’exploitation. Aujourd’hui, nous sommes à 85 vêlages pour 141 hectares», confie Mickaël Mothe.
C’est en 2015 que l’exploitation de l’éleveur prend un tournant, en commençant la vente directe. «Au départ, c’était un peu par hasard», sourit-il. «J’avais plusieurs demandes de mon entourage et des personnes du village ou des environs. A force, l’idée a mûri dans ma tête et j’ai commencé cette activité. J’ai fait une première vache et cela a plu. Puis une deuxième, une troisième... Avec le bouche à oreille, il y a eu de plus en plus de demandes alors j’ai continué», se souvient Mickaël Mothe.

En parallèle, Mickaël Mothe s’inscrit au drive fermier de Sens, toujours dans le but de travailler en contact direct avec les consommateurs. Une tendance recherchée par ces derniers depuis quelque temps et accentuée depuis le début de la crise sanitaire. «Nous faisons aussi le marché d’Auxerre, le samedi matin place de l’hôtel de ville, depuis trois ans», ajoute Mickaël Mothe. «Aujourd’hui, nous arrivons à faire une vache et un veau toutes les trois semaines».
Et pour éviter toutes pertes éventuelles avec les invendus du marché, l’éleveur et sa compagne ont eu une autre idée. «Nous faisons de la diversification de la vente directe avec des conserves : des bourguignons, des sauces bolognaises, des rillettes de bœuf, des saucisses sèches de bœuf, des terrines de bœuf au Chablis...», détaille la jeune femme. «Des produits transformés par Jérôme Rabuat à Méré», reprend Mickaël Mothe.

Le travail autour de la génétique
Afin de proposer la meilleure viande possible, l’éleveur travaille depuis ses débuts sur la génétique. «Cela a commencé avec l’achat de huit génisses pleines dans le berceau et de deux taureaux : l’un en Saône-et-Loire, l’autre en Indre-et-Loire», développe Mickaël Mothe qui n’a uniquement que de la race limousine. «Puis, lorsqu’il y a eu des opportunités, j’ai acheté quelques vaches et quelques taureaux et le cheptel a augmenté».
Alors, pourquoi travailler sur la génétique ? «C’est surtout basé sur la facilité de naissance, le développement du volume et la qualité maternelle, pour essayer d’avoir des carcasses assez lourdes avec le maximum de viande pour la vente directe», répond-il. «En moyenne, on fait des carcasses de 500 kg avec 320 kg de viande dessus».
Aussi, «toutes les génisses sur l’exploitation sont gardées. La moitié pour le renouvellement, l’autre moitié pour la vente directe. Je vends également des broutards en Italie par l’intermédiaire de la Cialyn et je garde une dizaine de mâles pour la reproduction. Chaque année, j’ai 40 mâles et 40 femelles», assure Mickaël Mothe.
Quant à ses objectifs à court termes ? «L’idée serait de ne plus vendre de broutard et de faire des veaux sous la mère», indique-t-il.
En attendant, l’éleveur et sa compagne Charlène donnent rendez-vous aux amateurs de viande le jeudi 9 juillet pour une vente directe, au 42 Grande Rue à Fontenay-près-Chablis (Gaec du Colombier). «Il y aura une vache et un veau», conclut Mickaël Mothe. Pour passer commande, contacter l’éleveur au 06 79 18 22 73.

Christopher Levé

votre publicité
photo article

Viticulture - Vers une main-d’œuvre plus locale pour les vendanges

[En ligne le 29-07-2020]

photo article

Cornichons - L’art de la cueillette

[En ligne le 29-07-2020]

photo article

Moissons - Une perte de 20 % en blé par rapport aux dernières années

[En ligne le 29-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1590

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux