Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 01-04-2020]

Ovins

Se préparer au report des ventes

photo article
En cette période si particulière pour les élevages ovins, il est important de mettre en place des mesures d’exception.
Avec le confinement lié au Covid-19, la consommation d’agneau Pascal ne sera pas au rendez-vous cette année. Voici quelques conseils du Centre interrégional d’information et de recherche en production ovine (Ciirpo) pour reporter une partie des ventes si besoin.
Même si l’incertitude reste de mise, il faut se préparer à un ralentissement des départs d’agneaux compte tenu de la baisse de consommation (voir également page 05 de ce même numéro). La meilleure solution est alors de les rationner avec le même aliment. Avoir recours à des aliments très peu concentrés en énergie entraînerait des charges alimentaires supplémentaires. Il faut garder à l'esprit qu'un rationnement du concentré n'entraîne pas de consommation supérieure, en revanche, les quantités de fourrages distribuées sont doublées.

Pour les lots prêts à partir
Si le départ des agneaux prêts à partir est reporté, un rationnement sévère permet de les maintenir approximativement au même poids. Pour un aliment dosant 0,92 Unité fourragère viande (UFV) et avec de la paille à volonté, ces niveaux seraient de 600 g par jour pour les mâles et 500 g par jour pour les femelles. Si les deux sexes sont mélangés, optez pour le niveau le plus faible, soit 500 g. Ces rations sont toutefois indicatives car nous ne disposons d’aucune étude sur le sujet. La pesée des animaux et leur observation restent bien sûr de mise afin de modifier éventuellement ces niveaux de rationnement. Il est possible qu’ils soient trop restrictifs pour certains types génétiques comme les races prolifiques par exemple. Enfin, si la valeur UFV de votre aliment est différente (vous pouvez la demander à votre distributeur si vous ne la connaissez pas), il suffit de recalculer les quantités à distribuer en se basant sur un apport de 0,55 UFV par jour pour les mâles. Ne pas oublier d’aérer et de renouveler la paille afin de faciliter la consommation des agneaux.

Solutions pour les autres agneaux
Dans l’incertitude de la durée de cette période de confinement, il est prudent, lorsque cela est possible, de rationner également les autres agneaux sevrés. Leurs niveaux de croissance sont en effet particulièrement élevés lorsque l’aliment est à volonté : de l’ordre de 300 g par jour. Deux pratiques de rationnement sont alors possibles : soit dès le sevrage, soit à environ 5 kg du poids de départ, c’est-à-dire à 35 kg pour les mâles et à 30 kg pour les femelles. Dans les deux cas, le niveau de rationnement se situe : de 800 g à 1 kg par jour pour les mâles, de 700 à 800 g par jour pour les femelles. Là encore, la pesée des animaux et leur observation restent de mise afin de modifier éventuellement ces niveaux de rationnement.

Faire de la place en bergerie
En plus du travail supplémentaire quotidien, le rationnement demande trois fois plus de longueur d’auge que dans le cas d’une alimentation à volonté. Même si ce n’est pas l’idéal, il est possible de distribuer l’aliment dans des auges sur l’aire paillée. Pour trouver de la place supplémentaire, il est envisageable de mettre à l’herbe un peu plus tôt que prévu :
-les agnelles de renouvellement : pour les agnelles nées en août/septembre, une semaine de transition est suffisante soit en apportant 300 g de concentré à l’herbe tous les jours pendant cette période ; soit en diminuant les quantités de concentré avec du bon foin à volonté en bergerie sur la même période. Une fois à l’herbe, ne plus distribuer de concentré. Pour les agnelles nées en octobre/novembre, un apport de 300 g de concentré à l’herbe est conseillé pendant au moins un mois. Ces animaux sont particulièrement sensibles au parasitisme : un traitement contre les strongles et le ténia s’impose un mois à un mois et demi après la mise à l’herbe.
-les brebis allaitant des simples : Après une transition alimentaire et uniquement si les agneaux ont plus de 15 jours en cas de risque de prédation des renards. Même s’il est préférable de trier les agnelles de renouvellement dès le sevrage, conserver un peu plus d’agnelles que prévu peut être une solution. Un nombre inférieur sera conservé sur les lots suivants.
Au 25 mars, certains centres d’insémination continuent à produire des doses, d’autres ont arrêté leur activité. Avant de poser les éponges, il est donc prudent de se renseigner auprès de votre inséminateur. Si vous aviez envisagé de tondre les brebis à éponger, vous pouvez écussonner vous-même. Cela conduit aux mêmes résultats. Le pourtour de la queue et de la vulve est tondu afin d’éliminer la laine souillée.

Notes : Des fiches techniques et vidéos sont
disponibles sur www.idele.fr et sur www.inn-ovin.fr

Ciirpo

photo article

Innovation - Ils protègent les cultures et la biodiversité

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Vins de Bourgogne - Pas de catastrophisme

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Apprentissage - Un plan de relance qui peut profiter au monde agricole

[En ligne le 02-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux