Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 26-03-2020]

Vin

Les Crémants de Bourgogne poussent leur valorisation

photo article
Édouard Cassanet, président de l’Union des producteurs et élaborateurs du Crémant de Bourgogne (UPECB).
photo article
Les marques Éminent et Grand Éminent représentent 9 000 des 155 000 hectolitres de Crémants de Bourgogne produits chaque année.
L’épidémie de coronavirus aura eu raison de la dégustation professionnelle programmée à Dijon autour des Éminents de Bourgogne. Cela n’empêche pas de se pencher sur un label, source de valorisation, que les vignerons ont fait émerger en 2016.
Ils ont pour nom Éminent et Grand Éminent et, dans l’univers des vins effervescents, ces bourgognes d’un autre genre creusent patiemment leur sillon.

Chaque année, depuis 2016, l’AOC Crémant de Bourgogne organise une dégustation destinée à mettre en lumière les vins labellisés Éminent ou Grand Éminent, qui sont aujourd’hui la signature d’une valorisation poussée et structurée autour d’un cahier des charges décidé par l’organisation des producteurs. La dernière devait se tenir le 7 mars à l’Auditorium de l’opéra de Dijon mais la montée de la pandémie de Covid-19 en a décidé autrement. Ce n’est pas une raison pour ne pas s’intéresser à la centaine de producteurs de Crémants qui se trouvent dans l’Yonne, la Côte-d’Or, la Saône-et-Loire et même le Beaujolais. Tous ne sont pas engagés dans les labels précités dont les marques sont aujourd’hui déposées dans plus de 40 pays. Si la production annuelle de Crémants de Bourgogne est de 155 000 hectolitres (soit 21 millions de bouteilles par an), seuls 8 000 sont classés en Éminents et moins de 1 000 hectolitres sont valorisés en Grand Éminent.

Montée en puissance
Les producteurs ont clairement souhaité se doter ainsi d’une «carte de visite» prestigieuse grâce à laquelle ils comptent bien se constituer une belle place sur le marché mondial des effervescents, au côté des Prosecco italiens. Pour cela, chaque année, 100 % des cuvées sont contrôlées et pour être labellisé, il faut passer sous les fourches caudines d’un jury constitué de 11 dégustateurs. «Aujourd’hui, précise Pierre du Couëdic, délégué général de l’Union des producteurs et élaborateurs du Crémant de Bourgogne (UPECB), il y a clairement une montée en puissance des Éminent et Grand Éminent, avec des entreprises qui intègrent la démarche présentant des profils très hétérogènes. Paradoxalement, ces labels ont actuellement une image plus forte à l’export qu’en France. Mais les choses évoluent…»

Le premier marché étranger de ces vins est constitué par les États-Unis devant la Suède. La volonté de création de ces labels s’inscrit clairement dans un objectif de valorisation de la production. Si un Crémant de Bourgogne se vend en moyenne à 8 euros la bouteille (même si l’on trouve des cuvées spéciales qui peuvent aller jusqu’à 12 euros), un Grand Éminent se vend à plus de 18 euros. L’UPECB confesse malgré tout une relative déception sur la valorisation des Éminent qui, eux, peinent à dépasser les 12 euros. «Les Grand Éminent, poursuit Pierre du Couëdic, font voler en éclats le «plafond de verre» de 20 euros au-delà duquel on ne veut plus de Crémant mais du Champagne. Notre but, c’est de démontrer ce que nous sommes capables de faire et de créer une image avec nos labels». Une image qui aurait pu être renforcée en avril alors qu’il était prévu que Beaune accueille le congrès national des Crémants, du 23 au 25, mais cette perspective, pour l’heure, est vraiment remise en question. Quant à la dégustation professionnelle du 7 mars, elle est reportée à juin, pour l’instant…

Berty Robert

Coronavirus - Chambre d’agriculture : l’accompagnement se poursuit

[En ligne le 26-03-2020]

Viticulture - Les vignerons appelés à partager leur quotidien

[En ligne le 26-03-2020]

photo article

Coronavirus Covid 19 - S’organiser pour éviter le pire

[En ligne le 26-03-2020]

reperes

Un label lié au vieillissement

Éminent et Grand Éminent sont deux labels en lien direct avec la notion de vieillissement des vins concernés. Pour un Éminent, le vieillissement est de plus de 24 mois sur lattes (en position horizontale). Pour un Grand Éminent, celui-ci est de 36 mois sur des jus de première presse. On est exclusivement sur des cépages chardonnay et pinot, soit l’un ou l’autre, soit assemblés.

RECHERCHE

ÉDITION N°1571

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux