Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 30-01-2020]

FDSEA

«On a tous besoin trois fois par jour d’un agriculteur»

photo article
L’une des dix bâches installées le long des routes du département.
La FDSEA a lancé peu avant les fêtes de fin d’année une opération de communication dont l’objectif est de sensibiliser le Grand Public sur l’importance de consommer français. Une dizaine de bâches ont ainsi été installées dans tout le département.
«Votre alimentation commence ici. #Sauvetonpaysan». Voici le message écrit en noir sur fond blanc que l’on peut lire sur la dizaine de bâches installées par la FDSEA aux quatre coins du département aussi bien dans des parcelles ou à proximité des rond-points : Cosne, Clamecy, Château-Chinon ou encore Luzy. «Elles sont destinées à interpeller les automobilistes qui passent à proximité pour leur faire prendre conscience que nous, agriculteurs, sommes au début de la chaîne alimentaire» explique Cyrille Forest, vice-président de la FDSEA. Pour mieux asseoir le message, un pictogramme de géolocalisation a été imprimé à côté du
slogan. Cette campagne initiée par la FNSEA et relayée localement par la FDSEA s’inscrit  en quelque sorte dans le prolongement de la fête des moissons et des récoltes dont l’objectif est de donner une image positive du métier d’agriculteur.

«Notre ambition : promouvoir l’agriculture en ville»
Marquer les esprits c’est donc bien l’ambition affichée par les élus de la FDSEA : «Nous allons essayer de tenir cette campagne tout au long de l’année. Ces bâches vont être déplacées dans le département en fonction notamment du stade de pousse des différentes cultures» ajoute le vice-président de la FDSEA.
Pour ce dernier, il faut avant tout faire preuve de pédagogie : «Dans un contexte d’agribashing permanent, certaines personnes ont sans doute perdu de vue que se sont les agriculteurs qui les nourrissent. Nous avons dans le département des exploitants qui produisent des produits de qualité, et pas seulement de la viande, alors pourquoi aller acheter ailleurs. Par ailleurs, manger localement est un enjeu de santé publique. Les produits qui arrivent de l’étranger  n’ont pas les même normes qu’en France. Il faut donc arrêter de se poser la question sur la manière dont est produite la viande, et profiter des opérations portes ouvertes dans les fermes pour aller échanger avec les agriculteurs. Il faut arrêter de stigmatiser sans cesse nos compétences» martèle Cyril Forest. En espérant que les automobilistes reçoivent positivement le message.

Théophile Mercier

photo article

Chambre d’agriculture - L’équipe grandes cultures présente sur le terrain­

[En ligne le 13-02-2020]

photo article

Élevage - L’intérêt du prélèvement de semences

[En ligne le 06-02-2020]

photo article

Vente directe - De la ferme à l’assiette

[En ligne le 06-02-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1565

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux