Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 30-01-2020]

Viticulture

C’est quoi, un Bourgogne ?

photo article
Thiébault Huber, président de la CAVB, rappelait à Nuits-Saint-Georges que voir les viticulteurs bourguignons dans la rue, cela n’arrive pas souvent. Il en insistait d’autant plus sur la nécessité de se mobiliser le 6 février pour aller manifester devant
photo article
70 personnes ont assisté à la réunion de Nuits-Saint-Georges.
Le projet de délimitation de l’appellation régionale Bourgogne proposé par l’Inao soulève un vent de fronde dans l’Yonne, la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire
C’est une poire, mais sur laquelle est mal collée une étiquette indiquant «pomme». Sous cette poire, figure l’affirmation suivante : «Ceci est une pomme selon l’Inao». Vous avez sous les yeux un des exemples de la campagne de communication lancée par la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB) en réaction à la décision de l’Institut national des appellations d’origine (Inao), prévoyant une délimitation de l’appellation Bourgogne qui génère une vrai tempête. Cette orientation, qui doit faire l’objet d’un examen et d’une prise de décision le 6 février, lors d’un Comité national, suscite colère et consternation dans l’Yonne, la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire. Qu’en est-il concrètement ? L’Inao propose une délimitation de l’appellation Bourgogne qui implique la sortie de 64 communes situées sur les trois départements bourguignons et qui, à l’inverse, prévoit d’intégrer une quarantaine de communes du Beaujolais, dans le département du Rhône. Un véritable chiffon rouge pour nombre de viticulteurs «géographiquement» bourguignons qui voient là un risque énorme de dévalorisation de leur production, doublé d’un sentiment d’usurpation de l’identité Bourgogne, de la part de producteur du Beaujolais, perçus comme des opportunistes.

Flou juridique
«Nous sommes parvenus à un point de rupture», constatait Thiébault Huber, président de la CAVB, lors d’une réunion consacrée au sujet, le 21 janvier à Nuits-Saint-Georges. «C’est une proposition inacceptable, surtout lorsqu’on garde en tête que la moitié des 4 500 vignerons de la CAVB sont en appellation régionale. Allez dire à un vigneron du Châtillonnais «Tu ne fais plus partie de la Bourgogne» alors qu’en parallèle on nous demande d’accepter l’entrée dans l’appellation de producteurs du Beaujolais, ça me paraît difficile...» Les racines de cette situation plongent en fait dans un flou né en 1937, à une époque où la délimitation précise de l’appellation Bourgogne semble s’être arrêtée au milieu du guet. Dans les années 90, certains vignerons du Beaujolais, confrontés à une crise structurelle, ont profité de ce flou juridique pour se mettre à produire des Bourgognes. «Pour l’Inao», dit-on à la CAVB, «un Bourgogne c’est du pinot noir ou du chardonnay planté sur un sol calcaire avec un climat tempéré.» Une définition, qui, de fait, laisse une grande latitude dans la conception qu’on peut se faire de ces vins. Mais, aux yeux de la confédération, l’histoire et les usages doivent aussi entrer en ligne de compte. La colère trouve également son origine dans le sentiment qu’ont les vignerons bourguignons qu’on prépare quelque chose dans leur dos. La CAVB fait en effet le constat que l’Organisme de défense et de gestion (ODG) n’a eu connaissance des résultats du travail de l’Inao sur ce thème que le 19 décembre, quand l’Association des producteurs de Bourgogne en Beaujolais (APBB) en aurait disposé dès le 6 décembre...

Pas d’opprobre sur tout le Beaujolais
L’activisme, sur la question, de cette association (créée en réaction à une première demande des Bourguignons, auprès de l’Inao, afin de délimiter clairement les appellations régionales de Bourgogne) interpellait aussi beaucoup, lors de la réunion nuitonne. Elle ne représente pas la totalité des producteurs du Beaujolais, loin s’en faut, ce qui incite la CAVB a préciser que le mouvement d’humeur actuel n’est pas dirigé contre l’ensemble du Beaujolais, mais qu’à l’inverse, la volonté d’un petit groupe de producteurs doit inciter les Bourguignons à se mobiliser en masse. Cela devrait être le cas, le 6 février : des bus doivent être affrétés afin de conduire à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, où se trouve le siège de l’Inao, un maximum de manifestants exprimant leur opposition à ce projet de délimitation. Par ailleurs une pétition est en ligne, signée par plus de 2 600 personnes, dont le slogan est le suivant : «Vive le Bourgogne, vive le Beaujolais, non au Bourgogne dans le Beaujolais !» et les vignerons bourguignons ont aussi recu le soutien, le 28 janvier, de douze  parlementaires des trois départements concernés (Josiane Corneloup, députée LR de Saône-et-Loire, Rémi Delatte, député LR de Côte-d’Or, Jérôme Durain, sénateur PS de Saône-et-Loire, Jean-Paul Emorine, sénateur LR de Saône-et-Loire, Alain Houpert, sénateur LR de Côte-d’Or, Guillaume Larrivé, député LR de l’Yonne, Anne-Catherine Loisier, sénatrice UC de Côte-d’Or, Marie Mercier, sénatrice LR de Saône-et-Loire, Noëlle Rauscent, sénatrice LREM de l’Yonne, Cécile Untermaier, députée PS de Saône-et-Loire, Dominique Vérien, sénatrice UDI de l’Yonne, et André Villiers, député UDI de l’Yonne). À Nuits-Saint-Georges, dans les rangs des participants à la réunion, on sentait poindre également une certaine amertume face au fait que, depuis vingt ans, on aurait laissé pourrir une situation floue permettant à des producteurs de Beaujolais de produire des Bourgognes et d’en revendiquer l’appellation. Un pourrissement qui déboucherait aujourd’hui sur un contexte presque ingérable. «Dans le Beaujolais, ils sont Bourguignons quand ça les arrange», s’est exclamé un participant. «Et pourquoi les gens du Châtillonnais ne demanderaient-ils pas l’appellation Champagne ? À ce compte là, tout est possible !...» «Si les Bourgognes étaient vendus à 400 euros la pièce», remarquait un autre, «le Beaujolais ne frapperait pas à la porte... »

Berty Robert

photo article

Viticulture - Aucune commune bourguignonne ne sera exclue de l’aire AOC régionale

[En ligne le 13-02-2020]

photo article

Rencontre - La Sénatrice Dominique Vérien à l’écoute de la FDSEA

[En ligne le 06-02-2020]

photo article

Protestation - Délimitation de l’AOC Bourgogne : dans l’expectative

[En ligne le 06-02-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1565

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux