Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 16-01-2020]

Calamités agricoles

«Une décision incompréhensible»

photo article
L’expertise terrain relevait pourtant des pertes de récolte sur prairies de 60%, comme le rappelle Vincent Lavier.
Le président de la Chambre d’agriculture s’insurge qu’un taux de perte de seulement 45% ait été attribué à la Côte-d’Or dans le dossier des calamités.
Vous avez abordé le sujet des calamités lundi, lors de la réunion des membres du bureau de la Chambre d’agriculture. Quelle est la situation ?
«Nous sommes revenus sur la décision du CNGRA, le Comité national de gestion des risques agricoles, qui s’est réuni le 18 décembre dernier pour établir le montant des indemnisations dans les différents départements touchés par la sécheresse 2019. À la surprise générale, le taux de pertes retenu pour les prairies de Côte-d’Or est de seulement 45% alors que notre demande portait sur un taux 60%. Nous sommes tous extrêmement déçus, cette déception est à la hauteur des attentes que nous avions mises dans ce dossier. Le travail avait été réalisé sérieusement, selon un protocole bien défini : nous sommes allés dans plusieurs exploitations agricoles constater les dégâts, plusieurs enquêtes ont été réalisées. L’administration locale, en l’occurrence la DDT, est allée dans notre sens et a appuyé notre demande, nous étions tous d’accord sur ce taux de 60%. Ces pertes ont été évaluées en toute objectivité. Cette décision est incompréhensible. D’après les échos que nous avons eus, ce CNGRA s’est vraiment mal passé, il y a des décotes dans tous les départements».

Quelles seront les conséquences pour les éleveurs de Côte-d’Or ?
«Par rapport à l’an passé, nous espérions qu’un plus grand nombre d’exploitations rentre dans le dispositif des indemnisations. Selon nos estimations, nous envisagions de passer de 500 à 700 dossiers. Ce ne sera malheureusement pas le cas. Il y en aura un peu plus, mais nous serons loin des 700 dossiers espérés. Pour rappel, plusieurs taux de pertes avaient été retenus en 2018, pour une moyenne de 40%. Je n’ai pas d’informations sur le montant que toucheront les exploitations. Il faut faire attention aux sommes annoncées dans les différents communiqués, je pense notamment aux 122 millions d’euros qui seraient attribués aux 20 départements demandeurs des calamités. En effet, comme l’an passé, cette somme ne sera pas intégralement utilisée. En Côte-d’Or, en 2019, plus de six millions d’euros avaient été annoncés, mais moins de la moitié avait finalement été redistribuée, car tous les éleveurs n’étaient pas éligibles. Pour celles et ceux qui le sont, il faudra prochainement télédéclarer ses pertes, pour espérer toucher l’argent ces prochaines semaines. Lundi, nous avons également parlé de plusieurs déboires rencontrés avec les assurances : des taux de pertes dérisoires sont parfois retenus dans certaines exploitations, c’est une autre préoccupation. Autre point : l’abaissement du seuil d’éligibilité de 13 à 11% de pertes de produit brut théorique a été validé par effet rétroactif, plusieurs exploitants ont été récemment indemnisées pour 2018. Nous espérons qu’il en soit de même en 2019».

Propos recueillis par Aurélien Genest

photo article

Station d’évaluation de Créancey - Le concert d’Obispo

[En ligne le 13-02-2020]

photo article

ZDS - La définition d’une injustice

[En ligne le 06-02-2020]

photo article

Agri-Ressources 21 - Pour tout type de main-d’œuvre

[En ligne le 06-02-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1565

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux