Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 16-01-2020]

Prospective

Des pistes à dix ans pour l’agriculture européenne

photo article
Au sein de l’UE, les productions de céréales et de protéagineux devraient encore progresser d’ici 2030.
Au sein de l’Union européenne (UE), la production de céréales devrait progresser d’ici 2030 ainsi que celle de protéagineux. Pour les productions animales, l’épizootie de peste porcine va dynamiser le commerce de toutes les viandes confondues.
Selon la Commission européenne qui vient de présenter son rapport sur les perspectives agricoles 2030, la production de céréales devrait croître légèrement dans les années qui viennent pour atteindre 320 millions de tonnes en 2030 (contre 312 millions de tonnes en 2019) pour satisfaire la demande interne (l’alimentation humaine et animale) et les marchés d’exportation. Malgré la concurrence de la Mer Noire, la Commission considère que l’Europe devrait améliorer ses positions sur le marché mondial. En ce qui concerne les protéagineux, Bruxelles s’attend à une forte croissance de la production à 6,3 millions de tonnes contre 3,9 Mt en 2019. Elle serait tirée par l’accroissement de la demande en protéines végétales pour l’alimentation humaine et animale.

Changement de nature
Pour les oléagineux en revanche, la production devrait rester stable à 32 millions de tonnes, mais avec un changement dans la nature des cultures : un déclin des superficies de colza compensées par une augmentation de celles de soja. Globalement, les surfaces consacrées aux oléagineux devraient légèrement diminuer. Quant à la production de betteraves, les surfaces emblavées devraient rester stables, en lien avec une légère érosion de la consommation de sucre (-0,8 %). Cependant, la production de sucre devrait progresser à 18,5 millions de tonnes, comparée à une année 2019 médiocre. En ce qui concerne les productions animales, le rapport pronostique une croissance modérée de la production laitière à l’horizon 2030 à 179 millions de tonnes contre 168 millions de tonnes aujourd’hui. Ce niveau de production sera atteint par la poursuite de l’augmentation des rendements individuels malgré une réduction du cheptel, ce qui diminuera les émissions de gaz à effet de serre.

Marché d’écoulement des excédent
L’Europe restera un acteur important sur le marché mondial pour écouler les excédents de production croissants, consécutifs au recul de la consommation de lait et de fromages (mais pas le beurre dont la demande va continuer à progresser).Pour les viandes, l’épizootie de peste porcine en Chine et en Asie continuera d’avoir un impact important sur le commerce international de l’ensemble des viandes. Le porc mais aussi la viande bovine comme la volaille devraient en tirer profit, notamment vers l’Asie. Sur le porc par exemple, l’augmentation de la demande mondiale et la hausse des prix (même si la production progresse) devrait peser sur la consommation intérieure déjà en repli. D’une façon générale, les préoccupations sociétales, sanitaires et environnementales vont pénaliser la consommation de protéines d’origine animale. Globalement la consommation individuelle, toutes viandes confondues, devrait diminuer de 1kg par habitant à 68,6 kg en 2030. Notamment celle de viande bovine qui s’accompagnera d’un recul de près de 10 % de la production européenne. Seule la volaille verrait sa production et sa consommation progresser régulièrement jusqu’en 2030. En matière de fruits et légumes, la Commission européenne s’attend à une légère régression de la production de pommes, une stabilisation de celle des fruits d’été et de celle de tomates. Comme celle de vin qui devrait être de 155 millions d’hl (156 millions d’hl en 2019) ; la hausse des exportations attendue des indications géographiques et vins mousseux compenserait la baisse de consommation.

Contradictions sociétales
Pour la Commission européenne, les attentes des consommateurs et des citoyens en matière de santé, de bien-être animal et d’environnement vont orienter de plus en plus le marché des produits agricoles. Ainsi les consommateurs, du moins dans les pays développés seront encore plus attentifs aux produits alternatifs, comme les produits locaux, biologiques, sans OGM par exemple. Mais cette demande comme aujourd’hui d’ailleurs restera contradictoire : nos modes de vie privilégient les plats cuisinés et les aliments à emporter, bref une alimentation à base de produits très transformés. Parallèlement la ration alimentaire par habitant va progresser dans le monde. Ce qui ne sera pas sans conséquence sur le commerce mondial des matières premières agricoles, comme celui des céréales. Celle de blé en particulier qui pourrait offrir de nouvelles opportunités aux céréaliculteurs européens. La Commission dresse trois scénarios pour l’horizon 2030. Le premier renvoie au développement des régimes alternatifs plus végétariens qui devraient favoriser le développement de plantes riches en protéines, comme de soja pour la consommation humaine. Dans une telle hypothèse, Bruxelles table sur une croissance de 5 % de sa production en Europe. Cette évolution pourrait avoir un effet favorable sur le climat et l’environnement, en diminuant l’empreinte carbone. Dans un autre scénario le refus des OGM par l’opinion publique pourrait jouer sur la production laitière. Dans ce cas, l’Union européenne réduirait ses importations de soja et de ses tourteaux au profit d’une production fourragère européenne, mais avec à la clef une moindre disponibilité en aliments du bétail. Conséquence, la production laitière européenne devrait se replier légèrement (-0,5 %), ainsi que celle de viande bovine (-1,3%) à l’horizon 2030. Le troisième scénario tente de mesurer l’impact de la peste porcine africaine en Chine sur les marchés mondiaux et européens de la viande. Quelles que soient les options envisagées sur un retour à la normale (lent ou rapide), les importations chinoises de viande porcine vont continuer à progresser et donc les ventes des principaux pays exportateurs, l’Europe en particulier. Ce qui va soutenir le développement de la production dans les grands pays exportateurs, avec cependant un bémol en Europe en raison des contraintes environnementales.

Agrafil

votre publicité
photo article

Coopératives - Pour Dijon Céréales, c’est déjà « Demain »

[En ligne le 24-09-2020]

photo article

Viande - Face aux exigences du marché, savoir faire de la dentelle...

[En ligne le 09-09-2020]

photo article

Partenariat - Pour que chasse et randonnée se connaissent mieux

[En ligne le 09-09-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1597

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux