Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 09-01-2020]

Créancey

Les absents n’ont pas toujours tort

photo article
La vente à distance fera son apparition le 7 février.
photo article
Pédro
La vente aux enchères du GIE Charolais Évaluation offre la possibilité aux acheteurs éloignés de miser depuis chez eux, sur l’écran de leur ordinateur ou de leur smartphone.
Le grand jour approche ! La vente aux enchères des veaux du GIE Charolais Évaluation se déroulera vendredi 7 février au pôle agricole de Créancey. Quarante futurs reproducteurs seront proposés aux acheteurs, potentiels présents et même absents ! En effet, la grande nouveauté de cette édition sera la vente à distance, permise grâce à la mise en place d’un dispositif exceptionnel de la Sicafome. «Il sera possible de suivre la vente en direct vidéo sur son écran d’ordinateur, de tablette ou de téléphone. Il suffira de cliquer pour sur-enchérir et peut-être, acquérir un animal. Ce service est bien sûr réservé aux acheteurs potentiels», indique Martial Tardivon, chef de vente.
 
Cliquer pour miser
L’animateur du rendez-vous de Créancey espère ainsi capter un public d’acheteurs plus large: «le Herd Book Charolais est à l’origine de cette demande. Avec l’aide d’un informaticien, nous avons mis en place ce nouveau service qui sera proposé lors de nos trois ventes de début d’année, au Marault, à Créancey puis à Charolles. Ce sera une grande première en France. Il faut le voir comme un service supplémentaire, celui-ci n’a surtout pas vocation à remplacer la foule du jour J, rien ne vaut l’oeil humain pour apprécier un animal. Nous avons, aussi et surtout, besoin de garder l’ambiance des ventes ! L’idée, avec cette nouveauté, est de capter un maximum d’acheteurs. Les journées sont courtes à cette période de l’année et les éleveurs ont beaucoup de travail. Certains habitent loin et ne peuvent pas toujours se déplacer, à cause de la distance et/ou des conditions climatiques difficiles parfois défavorables».
 
Se faire connaître
En pratique, les acheteurs potentiels qui ne pourront pas se déplacer le 7 février devront se faire connaître auprès des organisateurs : «les personnes concernées devront présenter des garanties bancaires pour que tout se passe bien. Elles devront obligatoirement se trouver dans un endroit avec un débit internet suffisant pour recevoir les images en direct. Il n’y aura pas d’application spéciale à télécharger, il suffira de se connecter sur notre serveur, dont l’adresse leur sera communiquée. L’accès sera autorisé avec un identifiant et un mot de passe». La vente à distance existait jusqu’à présent sous une autre forme à Créancey : certaines personnes étaient mandatées par des éleveurs pour miser sur tel ou tel animal, dans une limite de prix préalablement définie. «Cette démarche individuelle est encore possible, bien entendu. Précisons aussi que le déroulé de la vente, pour les personnes sur place, ne change pas avec l’utilisation des traditionnels boitiers électroniques», précise Martial Tardivon.

Point de vue
Pour les organisateurs de la vente, ce dispositif est une opportunité, toujours dans l’objectif de diffusion de la génétique. «Cela fait plusieurs années que nous y réfléchissions, mais il n’était pas possible de créer cet outil seuls», rappelle Jean-Pierre Godot, président du GIE, «avec la Sicafome, cela permet de s’appuyer sur un outil testé, pour des transactions sécurisées. Pour les personnes qui n’auraient pas un débit internet suffisant, les enchères par téléphone restent possibles. Dans les deux cas, il faut nous contacter au préalable».

Aurélien Genest

photo article

Aménagement de bâtiment - Des vaches laitières aux poules pondeuses

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Déjà la fin !

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Pas d’insecticides, pas d’orges

[En ligne le 02-07-2020]

zoom

Pédro

Le Gaec Lépée, de Millery, présentera un veau à la prochaine vente aux enchères de Créancey. Pédro, qui a fêté son premier anniversaire le 12 décembre, obtient de très bons résultats depuis son entrée en station, notamment en génotypage (Isevr à 122, Ivmat à 124 et aucune autre note inférieure à 100). Muscat, le père de ce bovin issu de monte naturelle, avait été acheté 3240 euros en février 2017 en Saône-et-Loire : «Cette année-là, nous n’avions pas pu acquérir le veau que nous voulions à Créancey, c’est pourquoi nous nous étions rabattus vers la station de Jalogny», indique Vincent Lépée, «Muscat est issu d’un croisement taureau IA avec de grosses qualités maternelles par la meilleure lignée de l’élevage Mateuil (71). Ses premiers produits sont arrivés l’année dernière, tout s’est très bien passé, avec de bonnes facilités de naissances. Ses produits sont très complets, aussi bien en broutards qu’en femelles de renouvellement. Après un conseil de Matthieu Javelle, technicien Bovins Croissance venu pointer chez nous cet été, nous avons présenté Pédro à la commission de sélection de Créancey. Pédro a donc été retenu. Les résultats qui viennent de nous parvenir sont une très bonne surprise pour nous». «Nous espérons que ces résultats encourageants seront confirmés par ceux de l’évaluation. À ce stade, le GMQ de Pédro est de 2 089 g/j», précise Jean-Pierre Godot.

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux