Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 19-12-2019]

Dijon Céréales

En transition dynamique pour préparer l’avenir

photo article
Christophe Richardot, directeur général : «La coopérative doit s’adapter aux nouveaux enjeux tout en gardant ses valeurs de proximité aux adhérents, à travers nos sites et nos équipes terrain. Notre nouvelle offre «Conseil et Services» va dans ce sens, el
photo article
photo article
Marc Patriat président de Dijon Céréales, a accueilli Sylvie Brunel, économiste, géographe et écrivain, qui a apporté un regard bienveillant sur l’agriculture et les agriculteurs.
La 29ème assemblée générale de Dijon Céréales s’est tenue vendredi dernier au palais des congrès dijonnais devant près de 500 participants.
L’exercice 2018-2019 de Dijon Céréales se solde avec une collecte de 937 000 tonnes, issue d’une moisson 2018 correcte sur l’ensemble du territoire de la Côte-d’Or. Elle se situe dans la moyenne haute des cinq dernières années. Les conditions climatiques (excès de précipitations en janvier, mars et mai 2018, températures basses en février 2018) ont cependant nui à certaines cultures comme le colza dont l’avenir s’écrit en pointillé (sole réduite de plus de la moitié en deux ans en lien avec les aléas climatiques et la pression insectes). Dans un contexte tendu pour les agriculteurs et leurs coopératives (changement climatique, marchés concurrentiels et prix en berne, réforme des 3R, future séparation du conseil et de la vente, agribashing…), cette assemblée 2019 a bien démontré la transition engagée par Dijon Céréales, en lien avec les deux autres coopératives de l’Alliance BFC (Bourgogne du Sud et Terre Comtoise) pour s’adapter sur tous les fronts, préparer l’avenir avec et au service de ses adhérents.

Nouvelle offre «conseil et services»
Dijon Céréales vient de lancer, à l’automne 2019, une nouvelle offre «conseil et services» qui donne de la lisibilité aux adhérents entre le prix des produits et le conseil apporté. «Notre coopérative a bâti, depuis sa création en 1993, une large expertise en matière d’expérimentation agronomique. En plus d’anticiper la séparation du conseil et de la vente prévue pour 2021, cette nouvelle offre valorise clairement notre travail de recherche et développement, nos outils d’aide à la décision, notre présence sur le digital ou encore l’accompagnement de notre équipe terrain. L’accueil est positif», explique Christophe Richardot, directeur général de Dijon Céréales.

Un projet méthanisation en route
L’exercice a aussi vu se lancer un projet d’unité de méthanisation 100 % végétale, en nord Côte-d’Or, dans lequel 150 exploitations seront à terme impliquées (horizon 2021 pour la mise en production) pour l’apport de seigle fourrager, une culture intermédiaire à vocation énergétique. «Ce projet, ainsi qu’un second programmé au nord de Dijon, illustre notre volonté de contribuer, avec la production d’énergie verte (gaz biométhane), à la transition énergétique dans une logique d’économie locale circulaire. Ces productions seront complémentaires, en termes d’agronomie notamment, des cultures alimentaires qui restent notre base», estime Christophe Richardot.

Protéines végétales et filière œufs
Autre perspective pour Dijon Céréales au sein de l’Alliance BFC, les protéines végétales. À Ciel (71), l’unité de production SELVAH (protéines de soja texturées à destination de l’alimentation humaine) vient d’être mise en route par Bourgogne du Sud en octobre 2019. Elle concrétise la volonté des trois coopératives de Bourgogne Franche-Comté de relocaliser des productions de soja et protéagineux en région et de mettre en valeur la traçabilité, le non-OGM, la non-importation, les procédés clean-label pour dégager de la valeur ajoutée au profit des producteurs. Dijon Céréales est également associée, au sein de l’Alliance BFC, dans une prise de participation majoritaire au sein de la société PEB (Production des élevages Bourgon), propriétaire de la marque Coquy, avec l’ambition de construire une filière régionale autour de l’œuf (développement d’ateliers poules pondeuses, débouché complémentaire pour les céréales locales).

Réorganiser certains métiers difficiles
À l’échelle du groupe, comme le rappelle le président Marc Patriat, «le conseil d’administration a souhaité engager une réflexion et des actions fortes pour réorganiser et redynamiser certains métiers difficiles» (meunerie, boulangerie, pôle légumes), avec pour objectif de ré-allouer des moyens aux projets de développement stratégiques. «Il s’agit d’anticiper et d’adapter notre groupe coopératif et la coopérative à la nouvelle donne tout en confirmant notre proximité à nos adhérents». Christophe Richardot a tissé les grandes lignes de ces réaménagements. Au sein du pôle meunerie, un partenariat des coopératives régionales (de l’Alliance BFC, Interval et 110 Bourgogne) avec le groupe Nicot (Chagny, 71) va permettre d’optimiser le fonctionnement du moulin Decollogne (Aiserey) au service de la filière bio régionale. Dans l’activité boulangeries, un accord a été passé avec le groupe Maison Roger pour relancer l’activité du réseau de sept boulangeries dijonnaises (Atelier du Boulanger), là encore dans un esprit de filière régionale (une filière locale du blé au pain qui s’affichera dans les boutiques en 2020). Enfin, côté pôle légumes, la Banque mondiale a donné son feu vert en octobre 2019 pour la cession du four de l’ancienne usine STL (Villers-les-Pots) dans le cadre d’un projet de réimplantation au Sénégal avec le développement d’une activité de déshydratation d’oignons produits sur place, une production accompagnée techniquement lors de son lancement par la coopérative.
Le déménagement est prévu pour 2020.

Réflexion RSE lancée
Une réflexion a été engagée par Dijon Céréales, en lien avec les deux autres coopératives de l’Alliance BFC, autour de la concrétisation d’un programme RSE (responsabilité sociétale des entreprises), un programme qui doit valoriser le rôle durable des coopératives, interfaces entre les agriculteurs et la société. Enfin, avant de recevoir l’économiste, géographe et écrivain Sylvie Brunel pour une intervention qui redonnait à l’agriculture sa juste valeur dans le développement et l’avenir de notre monde, l’assemblée générale s’est fait l’écho d’une dynamique de communication positive avec la campagne Agriloving (des clips à l’humour décalé, un site internet ou l’on peut oser s’engager pour la cause «agriloving»). Lancée en partenariat par l’Alliance BFC, les JA de Côte-d’Or et de Bourgogne Franche-Comté, Agriloving rencontre un beau succès au-delà même des frontières de la région. «Soyez fiers d’être agriculteurs» avait conclu Sylvie Brunel, «soyons amoureux de notre agriculture et de nos agriculteurs» lui ont renvoyé en écho les images d’Agriloving !
photo article

Aménagement de bâtiment - Des vaches laitières aux poules pondeuses

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Déjà la fin !

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Pas d’insecticides, pas d’orges

[En ligne le 02-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux