Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 14-11-2019]

Contrat de solutions

Le déploiement s’accélère

Le 7 novembre, les membres du bureau de l’association Contrat de Solutions, ont présenté un point d’étape du déploiement des solutions proposées dans le contrat, ainsi que les perspectives et les évènements à venir. L’objectif est ainsi de toucher le plus rapidement possible un grand nombre d’agriculteurs.
Des membres du bureau de l’association «Contrat de solutions», représentant la diversité des partenaires engagés dans cette « aventure de plus de deux ans », ont réalisé un point d’étape sur le déploiement de ce contrat qui ambitionne de proposer des solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires. «Notre objectif est de rechercher, expérimenter et proposer des solutions innovantes», précise Denis Velut, trésorier de l’association.

Tous les 6 mois, le Contrat de Solutions s’enrichit de nouvelles fiches, 12 fiches viennent d’ailleurs de s’ajouter, ce qui porte à 69 le nombre de solutions proposées. «Ensemble nous nous donnons les moyens d’agir», ajoute Denis Velut. Il souligne ainsi l’engagement de tous les acteurs dans les territoires, pour combiner les solutions et permettre aux producteurs de se les approprier.

Un travail de communication, avec notamment la création d’un site Web et d’une newsletter, a donc été mené pour faire connaître le contrat au sein de tous les réseaux.

Afin de toucher tous les agriculteurs dans tous les territoires au-delà de ces réseaux, un chargé de mission «déploiement du Contrat de solutions» a été recruté. Pour amplifier le déploiement sur le terrain, l’association a construit des plans d’actions régionalisés. En 2020 ils seront testés dans 4 régions pilotes (Normandie, région centre, Pays de la Loire, et Paca) pour affiner la méthode de travail.

De plus, en fin d’année deux rendez-vous ont été définis afin de parler directement aux producteurs et aux citoyens. Le 18 novembre, de 17 h 30 à 19 h 30, l’association organise une conférence vidéo, en partenariat avec le site Pleinchamp. Pendant 2 heures, des experts répondront aux questions posées, en amont et en direct, par des agriculteurs sur 3 thèmes d’actualité : gérer ses adventices avec moins d’herbicide, intégrer les solutions de biocontrôle dans sa stratégie de protection des plantes et enfin valoriser le numérique et les nouveaux équipements et technologies dans ses pratiques de protection des cultures.

Le 12 décembre l’association organise un forum «Contrat de solutions» qui se déroulera dans les locaux de l’APCA. Il s’agit de présenter aux parlementaires, aux médias, aux ONG, aux associations de consommateurs les avancées portées par le contrat.

Il sera aussi ouvert à l’innovation et les partenaires souhaitent que des startups présentent leurs innovations afin de les accompagner dans leur développement. (1)

Un déploiement en bonne voie
Afin de suivre le déploiement du Contrat et des solutions qu’ils proposent, l’organisation a défini, pour chaque fiche des indicateurs, qui devraient s’actualiser annuellement. Éric Thirouin, président de l’association, a présenté les premières données recueillies.

Il constate une progression significative de l’utilisation de différents outils d’aide à la décision, pour optimiser les traitements contre les maladies.

Ainsi, les surfaces couvertes par les outils d’aide à la décision pour le traitement anti-mildiou sur pomme de terre (fiche 14 du Contrat) ont progressé de 10 % en 1 an (+ 10 000 ha). L’objectif est de couvrir 90 % des surfaces d’ici 5 ans.

Pour les outils d’aide à la décision pour optimiser les traitements contre le mildiou et l’oïdium sur vigne (fiche 15) on note une progression des connexions de 20 % en glissement annuel, entre 2017 et 2018.

Enfin, 60 000 hectares supplémentaires (+14 % en glissement annuel) ont été couverts par les outils d’aide à la décision pour optimiser les traitements contre les maladies du blé (fiche 46).

L’objectif fixé est un triplement des surfaces pilotées par ce type d’outils à 5 ans (objectif commun avec le plan de filières Intercéréales). «L’utilisation de ces outils permet de réduire en moyenne et selon les cultures d’environ 20 % les traitements», insiste Éric Thirouin.

Les indicateurs montrent aussi une progression de l’utilisation de variétés résistantes ; ainsi les surfaces plantées avec des variétés de pommes de terre résistantes au mildiou (fiche 5) sont passées de 6,8 % des surfaces acceptées en 2018 à 7, 59 % en 2019 (1 760 hectares de plants). Concernant les variétés de betteraves tolérantes aux maladies foliaires (fiche 8) on note une augmentation de 3 % en un an des surfaces. 40 % des surfaces étaient donc concernées par ces variétés en 2018, contre 37 % en 2017.

Le déploiement constaté est cohérent avec l’objectif fixé de 50 % des surfaces cultivées avec des variétés tolérantes en 2021. Enfin, Éric Thirouin se félicite de l’amplification de l’utilisation des produits de biocontrôle.

On remarque, par exemple, un très fort développement de l’utilisation du soufre pour lutter contre la septoriose du blé (fiche 29) avec une multiplication par 2 des surfaces couvertes et une atteinte de l’objectif fixé pour 2025.

De plus, Éric Thirouin souligne le bon lancement du Bacillus amyloliquefaciens pour lutter contre des maladies fongiques et bactériennes des cultures légumières et fruitières (fiche 52), 10 000 hectares ont ainsi été couverts en 2019, soit 5 à 10 % de part de marché selon les cultures.

Des solutions en phase avec l’actualité
Le président se réjouit donc du bon déploiement de ces solutions et il précise que «ce Contrat est dans le juste, dans le vrai, au cœur de l’actualité agricole. Nous répondons aux attentes des consommateurs», insiste Éric Thirouin.

Il rappelle que la fiche 36 du Contrat prévoit la signature de charte de bon voisinage afin de renouer le dialogue avec le riverain sur le sujet de l’utilisation de produits phytosanitaires, une manière «de trouver des solutions convenables pour tous, agriculteurs et citoyens».

Il regrette cependant que des consignes politiques aient empêché la signature de la charte dans de nombreux départements. Éric Thirouin, espère que la charte signée dans son département (Eure-et-Loir) par les acteurs agricoles, le président des maires et une ONG environnementale, puisse tout de même servir d’exemple.

Le sujet du glyphosate n’a pas été évité non plus par le Contrat de solutions. La fiche 20 présente donc des solutions pour éviter l’utilisation de produit en viticulture. Dans cette fiche, les alternatives, en particulier le désherbage mécanique, ont été identifiées. Denis Velut précise aussi que les surcoûts sont de l’ordre de 150 à 650 € par hectare (selon la densité du vignoble).

Il indique aussi que la valorisation économique apparaît difficile. La fiche met donc en avant les situations d’impasses, le besoin d’accompagnement financier et le besoin de temps notamment pour disposer du matériel et de main-d’œuvre formée. «Nous n’éludons aucune question, nous proposons des solutions concrètes plutôt que des interdictions», conclut Éric Thirouin.

(1) Pour plus d’informations : marianne.sellam@reseaufnsea.fr
photo article

Rencontre avec Édouard Philippe - Un Premier ministre à l’écoute

[En ligne le 05-12-2019]

photo article

Journée technique régionale fromagère - Le lait cru, première ligne de défense de notre système immunitaire

[En ligne le 28-11-2019]

photo article

Salon international de l’agriculture - Une charolaise du Rhône égérie de l’édition 2020

[En ligne le 28-11-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1556

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux