Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 31-10-2019]

Agriculture et viticulture

Cultiver le «bon sens» numérique

photo article
Aujourd’hui, le numérique (ou digital en anglais) peut se définir de façon assez large comme tout ce qui communique ou est contrôlé de façon électronique et informatique, sous forme de programmes et code binaire 0 et 1. Autant dire, de plus en plus d’obje
Le 15 octobre, la ferme expérimentale de Jalogny (71) accueillait une soirée autour de l’agriculture 3.0, signifiant que la profession a fait sa migration sur le web (1.0), a passé le cap des échanges numériques (2.0) et se dirige maintenant vers un troisième stade de développement digital. Afin d’anticiper au mieux cette future mutation complexe, les réflexions se doivent d’être larges et le plan d’actions aussi.
Avec le soutien du PETR Mâconnais Sud Bourgogne, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a lancé cette réflexion globale autour de l’agriculture et du numérique. L’objectif étant de déterminer, à l’horizon 2022, les priorités et les orientations pour les usages à déployer sur le territoire. «Ces réflexions doivent inscrire notre agriculture dans une forme de modernité saine», cadrait néanmoins le président de la Chambre d’agriculture, Bernard Lacour devant la cinquantaine de participants. Histoire d’éviter dans la mesure du possible de subir une digitalisation sans en maîtriser les contours, laissant au bord de la route ceux n’ayant pas réussi à suivre la vitesse effrénée des innovations digitales. Pas de défaitisme pour autant, les chefs d’exploitation agricole sont plus connectés que les commerçants, artisans… montrent les études. Mais le combat est loin d’être gagné en termes de souveraineté numérique face aux géants du numérique (Gafa, John Deere, Monsanto…). Le directeur, David Barthe illustrait ce fait par la «bataille de la distribution alimentaire» entre les hypermarchés, le géant américain Amazon ou demain Alibaba, son équivalent chinois. Des multinationales s’entendant avec d’autres. À chaque fois, la cible est la même : «nous autres consommateurs hyperconnectés qui avons besoin de réassurance sur l’origine, la qualité… des produits», rappelait Aurèle Cordier, animatrice numérique du territoire au PETR Mâconnais Sud Bourgogne.

Faire du business sur un territoire
Si l’agriculture est donc concernée, elle n’est néanmoins pas aux avants postes de cette grande bataille mais en est pourtant à la base pour le secteur alimentaire. «On travaille sur comment les agriculteurs vont s’approprier l’agriculture connectée, notamment pour améliorer leurs performances technico-économiques», expliquait Didier Sauvage, pour la Chambre d’agriculture. Et pour cela, il faut s’intéresser «non pas à la technologie mais aux usages», rappelait Pascal Minguet du conseil régional Bourgogne Franche-Comté qui a connu l’époque du Minitel ou du Fax. Il expliquait que la Région a choisi de «d’aller très vite» sur ces sujets en s’appuyant « et en les testant» sur le territoire d’un PETR, en l’occurrence les 126 communes du Mâconnais. Car le « territoire est le lieu central pour se connaître entre monde de l’élevage, de la viticulture, du tourisme, de la recherche… et faire du business », insistait Didier Sauvage.

Gérer et partager les données
Quatre présentations venaient confirmer ces dires : Vitilab, la Ferme de Jalogny, J’veux du local et la Route 71. Cette dernière est une « application » web (progressive web app) – à mi-chemin entre site web et application s’installant sur un smartphone – lancée par le conseil Départemental et portée par l’Agence départementale du tourisme (ADT 71). « Notre volonté était de relier les 150 communes viticoles pour que chaque touriste puisse créer son propre parcours et visiter d’autres lieux : patrimoine, événements… », expliquait Charlotte L’Hermitte de l’ADT qui s’appuie sur une base de données centrale (Decibel Data). Un critère central car comme l’avait expliqué Christophe Cruz, de l’Université de Bourgogne, « on vit un tsunami de données et on n’arrive pas à les exploiter ». À sa hauteur, c’est dans un tel objectif de simplification et de centralisation qu’est conçu le dernier site web «J’veux du local» de la chambre d’Agriculture. « Les clients sont perdus face à la multiplication des lieux de vente : marchés, magasins, caveaux, Amap… Chaque producteur peut créer une fiche et recenser tous ses circuits de distribution ici », expliquait Clotilde Lacoste qui veut ainsi « faciliter les mises en relation pour aller plus loin sur le référencement et l’organisation des circuits de proximité », dont elle est en charge à la chambre d’agriculture.
Place était donné ensuite à deux autres programmes plus orientés vers la production. Le premier autour de l’élevage (bovin, ovin, caprin…) à la Ferme de Jalogny. « Trop de capteurs, d’alertes… peuvent se transformer en enfer », est conscient Julien Renon. Le responsable de la ferme travaille donc à adapter au système allaitant les boucles d’identification électronique avec accéléromètre, conçues à l’origine pour les élevages laitiers.

Attirer des jeunes
Ce n’est pas tout, Jalogny teste la mesure d’herbe (grass-hopper), les boucles électroniques avec pesées des auges automatiques ou encore un albédomètre « pour répondre aux questions environnementales ». Car c’est l’autre défi qui attend les professionnels. Mesurer et communiquer sur des données que les opposants à l’agriculture avancent sans fondements (un kilo de viande = 15 000 l d’eau…).
Le directeur, David Barthe présentait également le projet Vitilab qui comprendra un « show room élargi » des solutions en viti-viniculture. Un espace de coworking accueillera aussi des start-up qui pourront aller jusqu’au prototypage avec le Fablab (laboratoire de fabrication, souvent avec des imprimantes 3d) attenant.
« La modernisation de l’agriculture avec le numérique doit se réfléchir dans son ensemble, au service de l’humain. Cette modernité saine doit permettre de redonner à l’agriculture ses lettres de noblesse et attirer des jeunes. C’est notre état d’esprit et notre mission », concluait Bernard Lacour.
photo article

Rencontre avec Édouard Philippe - Un Premier ministre à l’écoute

[En ligne le 05-12-2019]

photo article

Journée technique régionale fromagère - Le lait cru, première ligne de défense de notre système immunitaire

[En ligne le 28-11-2019]

photo article

Salon international de l’agriculture - Une charolaise du Rhône égérie de l’édition 2020

[En ligne le 28-11-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1556

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux