Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 11-07-2019]

Élevage

Veau de boucherie : une opportunité pour le département

photo article
De gauche à droite : Jean-Charles Rochard, président de la communauté de commune de Corbigny ; Gilles Gauthier, directeur de Sobeval, Emmanuel Bernard, président de la section bovine de la FDSEA et Luc Marteau, collaborateur de Gilles Gauthier.
La Chambre d’Agriculture et la Section Bovine de la FDSEA ont organisé le mercredi 3 juillet à Corbigny, une réunion de présentation de la filière de veaux de boucherie en présence de Gilles Gauthier, directeur de Sobeval. Au cœurs des discussions, des pistes de développement pour l’abattoir de Corbigny.
C’est une visite encourageante qui eu lieux ce mercredi 3 juillet. Celle de Gilles Gauthier l’actuel directeur de l’entreprise Sobeval. Cette structure familiale a racheté l’abattoir de Périgeux en 1996 pour le moderniser et le spécialiser en veaux de boucherie. Aujourd’hui Sobeval emploie 450 salariés et travaille avec environ 1017 producteurs. Dans les années 90, l’entreprise a été précurseur en développent des centres d’allotements. «Avec ces derniers, il nous faut seulement 8 h entre l’arrivée du veau et le départ vers l’engraisseur au lieu de 4 jours auparavant» détaille Gilles Gauthier. L’entreprise a su aussi segmenter l’offre. 51% des veaux de Sobeval sont laitiers et son valorisés en paupiettes, hachés et rôtis. Avec cette stratégie, Sobeval réalise entre 33 et 38 % du marché de veaux de boucherie en France. Sur le plan du débouché, ces produits sont valorisés en boucherie traditionnelle, en collectivité (environ 22 tonnes par semaine) et en gamme premium pour le grand export (Canada, Israël, Arabie Saoudite et Moyen-Orient). Sobeval a également un débouché aux Etat-Unis où la viande est vendue entre 25 à 28 % plus chère. Pour le moment l’entreprise utilise du veau limousin mais pourrait à terme développer une filière de veau charolais.

Une opportunité pour la Nièvre
Avant de développer la stratégie de production, Gilles Gauthier a donné son point de vue sur sa visite de l’abattoir de Corbigny.
«Vous avez un outil adapté pour traiter des animaux lourds charolais et de bonne qualité. C’est un bel outil propre et adapté au territoire mais qu’il faut spécialiser. Vous pouvez pour cela vous appuyer sur des salariés polyvalents et professionnels» a t-il précisé. Pour la Nièvre, le projet serait de structurer la filière autour de 5 à 10 éleveurs. Il faut de préférence avoir un bâtiment neuf et compter entre 15 jours et 3 semaines pour la mise en route. 2 bandes de 180 places sont prévues par an. L’approvisionnement des jeunes veaux se fait par des marchands ou des coopératives. Une fois le processus lancé, les animaux sont gardés entre 20 et 21 semaines. Leur poids varient entre 145 à 155 kg carcasse en limousin et 155 à 162 kg carcasse pour le charolais. L’alimentation fabriquée uniquement pour Sobeval est constituée de poudre de lait pasteurisé. Pour la gestion des animaux, il faut prévoir en rythme de croisière 3 heures de travail par jour avec une astreinte journalière.

«Un revenu garanti à l’éleveur»
Avec ce projet, les prix entre Sobeval et l’éleveur sont fixés à l’avance. Le transport lui est externalisé. Pour Gilles Gauthier, si les agriculteurs apportent du veau charolais en race pure, l’abattage peut se faire à Corbigny. En revanche, en veau de croisement, le directeur de Sobeval ne voit pas inconvénient à faire abattre à Périgueux. Un salaire d’un peu plus de 2 000 euros a été avancé par le le directeur de Sobeval. Emmanuel Bernard, le président de la section bovine de la FDSEA a parlé d’une bonne opportunité  à saisir qui représenterait un apport de volume important pour l’abattoir de Corbigny.

Contact :
Emmanuel Bernard :
06 85 70 26 54
Théophile Mercier
ferme
photo article

Viticulture - Les vendanges se terminent

[En ligne le 17-10-2019]

photo article

FDSEA - JA - Les agriculteurs maintiennent la pression

[En ligne le 10-10-2019]

photo article

Viticulture - Des vendanges encourageantes pour Mallorie Pabiot et Augustin David

[En ligne le 10-10-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1549

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux