Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 11-07-2019]

Dijon Céréales

Les orges d’hiver vite faites, bien faites

photo article
Corentin Berthaut (Labergement-Foigney) et Bastien Sulpizio (Pontailler-sur-Saône), deux des quatre saisonniers du site, en compagnie de Ludovic Bourgeois, technico-commercial dans le secteur plaine.
Plus de 4 000 tonnes d’orges d’hiver ont été récoltées en l’espace de huit jours au silo de Genlis.
Le Gaec Dugied, de Pluvault, a été le premier a livrer une benne d’orge d’hiver le 24 juin au silo de Genlis. Huit jours plus tard, soit le 2 juillet, la récolte de cette culture était intégralement terminée pour la trentaine d’agriculteurs fréquentant ce site de Dijon Céréales. «Tout est allé très vite cette année, nous dépassons les 4 000 tonnes d’orges, avec 3 400 tonnes à mettre à l’actif de la variété Étincel, 350 tonnes de Visuel et 300 de Salamandre. Nous avons également 250 tonnes de mouture», indique Bruno Wenger, le chef du silo.


Rendements corrects
La moisson s’avère plutôt satisfaisante dans cette production, du moins en termes de volume. «Les rendements sont effectivement corrects à bons, au-dessus des prévisions avec des résultats allant de 60 à 90q/ha. Ces chiffres sont assez représentatifs du secteur», informe Ludovic Bourgeois, technico-commercial sur le secteur plaine dijonnaise comprenant notamment les communes de Genlis, Bretenière, Aiserey et Arc-sur-Tille. En cette année sèche, les meilleurs résultats sont logiquement enregistrés dans les terres les plus profondes: «celles-ci étaient mieux armées pour faire face au manque d’eau du printemps et au stress hydrique constaté vers l’Ascension», poursuit le technicien.

Qualités variables
La qualité des orges est en revanche «décevante sur certains points», indique Ludovic Bourgeois : «pour le calibrage, les résultats vont pratiquement du simple au double, de 45 à 88%. Ces derniers varient selon les types de terres mais aussi selon la date des semis. Les protéines rentrent par contre dans les critères de brasserie, avec une moyenne de 10,2% quand la norme va de 10 à 11,5%».

Interrogations pour la suite
Les récoltes de blé et de colza étaient bien lancées en ce début de semaine à Genlis. Rencontré la semaine dernière, Ludovic Bourgeois s’interrogeait sur la moisson de ces deux cultures : «la canicule des derniers jours aura forcément laissé des traces dans le blé en impactant le PMG. Quelques estimations de notre part font état d’une baisse de 10% de ce poids de mille grains. Rien n’est toutefois certain, les échantillons n’étaient pas très représentatifs, nous ferons le bilan une fois la moisson terminée. Le colza fait lui aussi l’objet de nombreuses interrogations. Pour l’heure, nous nous attendons à un résultat plutôt moyen, même si cette culture offre parfois de belles surprises. Le fait marquant de cette campagne, sur notre secteur, c’est clairement la baisse d’environ 40% des surfaces de colza par rapport à l’an passé.  La faute, une nouvelle fois, à la sécheresse estivale et automnale de la précédente campagne, qui a engendré de très nombreux problèmes de levée».

Aurélien Genest

votre publicité
photo article

Fête du charolais - Un contexte tendu

[En ligne le 21-08-2019]

photo article

Saulieu - Un grand week-end élevage

[En ligne le 13-08-2019]

photo article

Semur-en-Auxois - Une belle fête se prépare

[En ligne le 13-08-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1541

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux