Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 04-07-2019]

Luzerne

Ça bouge à Baigneux-les-Juifs

photo article
Pascal Guérin, Jean-Luc Longechamp, Didier Robin, Nicolas Porcherot et Pascal Géliquot, réunis la semaine dernière devant l’usine de déshydratation.
photo article
La SCA de déshydratation de la haute Seine affiche de belles ambitions pour les mois à venir.
Plusieurs réunions, dont l’assemblée générale annuelle, viennent de se succéder à la société coopérative agricole de déshydratation de la haute Seine. Ces rendez-vous ont notamment permis d’accueillir et d’échanger avec Jean-Luc Longechamp, nouveau directeur de l’usine de Baigneux-les-Juifs. Ce Jurassien âgé de 50 ans et ancien directeur financier de Terre Comtoise va participer activement à la «réorganisation» de la coopérative.

«Maintenance préventive»
Un plan d’investissement sur quatre ou cinq ans sera prochainement mis en place pour améliorer le fonctionnement de l’outil. «L’idée première est de s’équiper et de s’organiser pour mieux faire face à d’éventuelles pannes de machines, particulièrement handicapantes lorsque celles-ci surviennent, aussi bien lors de la récolte que lors de la déshydratation. Nous voulons être davantage dans l’action, et le moins possible dans la réaction. Nous pouvons appeler cela de la maintenance préventive, au service de nos adhérents», indique Jean-Luc Longechamp. Un deuxième projet vise à rendre autonome la deuxième ligne de séchage du site. «Nous l’avons remise en route il y a trois ans, mais celle-ci rejette sa production dans les presses. Cette séparation des lignes sera source de performances. Ce travail s’effectuera dans un second temps», annonce pour sa part Didier Robin, le président de la coopérative.

Promesse d’un bel avenir
Baigneux-les-Juifs est la dernière des seize usines de déshydratation en France à appartenir exclusivement à des agriculteurs. «Dans les autres structures de l’Hexagone, de grands groupes sont systématiquement rentrés dans le capital. Ce n’est pas le cas chez nous. Baigneux, c’est 100% adhérents et 100% biomasse, cette caractéristique nous est chère», poursuit Didier Robin. Le plan protéines national devrait permettre de pérenniser l’outil, selon le nouveau directeur : «la luzerne revient sur le devant de la scène. Si la Région met les moyens dans ce plan, la luzerne deviendra encore plus attractive. Les producteurs trouveront un plus grand intérêt à opter pour cette culture. C’est une grande chance d’avoir aujourd’hui cette usine de déshydratation. Une chose est sûre, il ne s’en refera plus à l’avenir, cela coûte bien trop cher. Des sommes de 10 à 20 millions seraient alors nécessaires. De plus, les agriculteurs devraient reprendre des parts de l’ordre de 350 euros de l’hectare, ce n’est pas rien». Didier Robin rappelle que la coopérative facilite la conversion de nombreuses exploitations en agriculture biologique : «j’y suis moi-même passé en 2015. Sans l’usine, je ne sais pas si je me serais lancé. Nous avons désormais 800 ha en luzerne bio, soit la moitié de nos surfaces en production. L’an prochain, les surfaces AB seront majoritaires, car nous avons pas mal d’hectares actuellement en C2. La luzerne représente également un solution intéressante face aux nombreux problèmes d’insectes rencontrés dans le colza». La SCA prévoit de dépasser les 2000 ha de luzerne à moyen terme. De nouveaux débouchés voient déjà le jour avec la relance du sainfoin. D’autres projets sont également dans les cartons.

Une nouvelle sécheresse ?
L’actualité de la coopérative, c’est aussi et surtout la fin de la première coupe de luzerne. Débutée le  7 mai, celle-ci s’est achevée le 27 juin, avec près de 1600 ha fauchés pour un peu plus de 5 000 tonnes de matières sèches récoltées. «Ce résultat est plutôt moyen», commente Didier Robin, «nous payons un début d’année tardif et les conséquences de faibles précipitations. Nous avions près d’une tonne de plus à l’hectare l’an passé à la même date, mais la sécheresse est vite arrivée. Par la suite, nous n’avions presque plus rien récolté. Avec le temps actuel, nous craignons logiquement une nouvelle sécheresse. Heureusement, la deuxième coupe est déjà bien avancée, et avec les 20 mm tombés le week-end des 22 et 23 juin, nous espérons faire un peu plus de volumes que lors de la deuxième coupe de 2018. Nous en saurons davantage fin juillet».

Aurélien Genest

photo article

Maïs semence - Du monde au mètre carré

[En ligne le 18-07-2019]

photo article

Production laitière - Le défi du changement climatique

[En ligne le 11-07-2019]

photo article

Dijon Céréales - Les orges d’hiver vite faites, bien faites

[En ligne le 11-07-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1536

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux