Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Chambres d’agriculture: le gouvernement projette de baisser leur budget de 6%

    Après une réunion avec Matignon le 18 juillet, l’APCA (tête de réseau des chambres d’agriculture) a confirmé la décision gouvernementale de réduire ses moyens budgétaires. Le projet de loi de finances pour 2020 prévoirait une baisse de 15% de la TATFNB (taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti). Cette taxe revient intégralement aux chambres, qui perdraient ainsi 45 M€, soit 6% de leur budget total (740 M€ en 2018). Président de l’APCA, Claude Cochonneau pointe la «contradiction» entre cette coupe budgétaire et «les ambitions» que le gouvernement affiche pour les chambres. «Nos élus se mobilisent pour rencontrer les parlementaires afin qu’ils ne laissent pas passer cette baisse de moyens», lance de son côté Sébastien Windsor, le vice-président de l’APCA.

    [ Publié le 18-07-2019 ]
  • Instituts techniques: l'Itab placé en redressement judiciaire

    Dans une lettre envoyée à ses «partenaires», le 27 juin, le président de l’Itab (institut technique bio), Xavier Niaux, annonce avoir sollicité l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire auprès du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, qui l’a accepté le 13 juin dernier. L’organisme a connu, en 2018, un «déficit opérationnel important», justifie-t-il. En cause: «des erreurs de gestion interne» et «des décalages de trésoreries dans l’octroi de certains financements publics», l’Itab étant essentiellement financé par des fonds nationaux et européens. Xavier Niaux déplore «l’absence de fonds d’origine interprofessionnelle», pour le financer, ce qui «amplifie ces difficultés». Catherine Decaux est remplacée à la direction de l’Itab par Camille Suchar, qui va assurer la transition.

    [ Publié le 18-07-2019 ]
  • Le beurre bio «C’est qui le patron?!» fabriqué par Sodiaal est en sursis

    «Sodiaal perd de l’argent» en fabriquant du beurre pour le compte de la marque du consommateur, a reconnu Damien Lacombe, président de la coopérative interrogé par Agra Presse, confirmant une information d’Olivier Dauvers. Le prix affiché sur la plaquette ne permet plus à l’industriel de couvrir ses coûts. La coopérative a besoin d’une augmentation de 30 % du prix au consommateur pour «être en phase avec le prix du lait bio et ne pas perdre d’argent sur l’acte de transformation». Une nouvelle concertation a été lancée par «C’est qui le Patron?!» «pour demander si on pouvait revoir le niveau de valorisation du beurre bio que l’on produit pour eux». Dans le cas contraire, «Sodiaal ne va pas pouvoir continuer à produire à un niveau de valorisation qui pénalise ses producteurs.»

    [ Publié le 18-07-2019 ]
  • Cuivre: le gouvernement présente sa feuille de route

    Le ministère de l'agriculture a publié, le 15 juillet, une feuille de route visant à réduire l'utilisation du cuivre et promouvoir des alternatives, quelques mois après la décision de la Commission européenne de diminuer de 6 à 4 kg/an/ha la quantité maximum de traitement autorisé. Le plan prévoit notamment «d'encourager l'innovation», avec la mise en place d'une «cartographie» des projets de recherche en cours. Certains outils du dispositif Ecophyto, comme le réseau Dephy et le portail EcophytoPIC seront mobilisés. Le plan met l'accent sur la sélection variétale : la France défendra au niveau européen l'utilisation de cépages hybrides dans les productions AOP. Aucune mesure concrète de soutien financier n'est toutefois prévu pour le moment.

    [ Publié le 18-07-2019 ]
  • Le fabricant de drones Parrot décide «la cessation d’activité» d’Airinov

    Le fabricant français de drones Parrot «a décidé de la cessation d’activité d’Airinov», sa filiale consacrée à l’imagerie par drones pour des usages agricoles, a annoncé Airinov sur son compte Twitter le 16 juillet. «Airinov a lancé avec son actionnaire, le groupe Parrot, une réflexion sur le futur de ses activités. Les conclusions de cette réflexion sont intervenues et c'est avec beaucoup de tristesse que nous annonçons la cessation d'activité d'Airinov», a précisé l’entreprise sur son site internet.

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • XXX

    XXX

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Accord UE/Canada: les députés n'adoptent pas la motion de rejet et reportent le vote

    Réunis en séance publique le 17 juillet, les députés n'ont pas adopté la motion de rejet préalable du projet de loi de ratification de l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada (Ceta), proposée par le groupe des socialistes et apparentés. Le texte a été rejeté à 136 voix contre et 110 voix pour (deux abstentions). Lors de la discussion de la motion, seuls les groupes LREM et Modem ont affiché leur soutien à la ratification. Les discussions ont souvent porté sur les distorsions de concurrence dans le domaine agricole, et plus particulièrement en viande bovine. Le groupe UDI a notamment expliqué qu'il voterait en faveur de la ratification à condition que la viande bovine soit exclue de l'accord. Les députés vont désormais passer à la discussion générale du texte. Le vote du texte a d'ailleurs été reporté au 23 juillet. «La conférence des présidents s'est réunie il y quelques minutes, a déclaré la présidente de séance, Carole Bureau-Bonnard à l'ouverture des débats. Elle a décidé que le vote sur le projet de loi aura lieu le mardi 23 juillet, après les questions au gouvernement».

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • La libéralisation de la publicité aurait nourri les peurs alimentaires (Crédoc)

    L'ouverture de la publicité télévisée au secteur de la distribution, à partir de 2004, aurait alimenté les peurs alimentaires (OGM, phytos...), selon la directrice du pôle consommation et entreprises du Crédoc, Pascale Hébel, qui intervenait aux Controverses de Bergerac, le 17 juillet. «C'est à partir de ce moment que les distributeurs prennent la parole dans la publicité, qu'ils vont agir sur les peurs, pour gagner des parts de marché. N'oublions pas que c'est eux qui créent le sans-OGM.» Avant 2004 (chaines du satellite) et 2007 (hertziennes), la publicité des distributeurs était interdite à la télévision, au nom de la protection des autres médias (radio, affichage, presse). Pascale Hébel relève qu'à partir de cette date, «entre 2007 et 2010, la peur des pesticides grimpe de 10 points».

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Les chambres d’agriculture alertent sur une «baisse de financement»

    Le gouvernement «baisserait les moyens [financiers] des chambres d’Agriculture», alerte l’APCA (tête de réseau) dans un communiqué du 17 juillet. Des coupes budgétaires de «grande ampleur» vraisemblablement prévues dans le projet de loi finances pour 2020. Leur montant n'est pas encore précisé. La tête de réseau alerte sur les conséquences de cette baisse de financement pour les agriculteurs: «l’absence de services et d’accompagnement» et le recours «à des services nécessairement plus coûteux». Elle fait le parallèle avec le budget annoncé en hausse du ministère de la Transition écologique, dans un contexte où l'agriculture devrait vue, selon l'APCA, comme «une solution pour la transition». Ce sujet sera évoqué lors d’un rendez-vous avec le cabinet du Premier ministre prévu le 18 juillet.

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Inaporc appelle à une négociation internationale sur les standards de production

    A l'occasion d'une table ronde au Sénat le 17 juillet sur l'accord UE/Mercosur, le président de l'interprofession porcine a élargi le débat aux règles internationales du commerce, pour demander qu'elles incluent des standards sanitaires de production. «Il faut revenir aux fondamentaux en incluant dans des débats mondiaux (sur le commerce, NDLR) les accords SPS», a plaidé le président de l'interprofession porcine (Inaporc) Guillaume Roué, qui a rappelé qu'il était par ailleurs favorable au libre-échange. Entré en vigueur en 1995 à la création de l'OMC, l'Accord sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS) a notamment pour objectif de «limiter l'utilisation de mesures sanitaires et phytosanitaires injustifiées à des fins de protection du commerce».

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Miel: l'accord UE/Mercosur ferait «baisser les prix» (Interapi)

    Dans la filière apicole, l'accord UE/Mercosur «ne changera probablement pas la donne des importations sur le marché français, mais fera baisser les prix», a expliqué le président d'Interapi, Eric Lelong, lors d'une table-ronde au Sénat, le 17 juillet. «Le prix du marché français se calque sur le prix bas d'importation, qui était la Chine jusqu'à présent, et risque de se déplacer vers le Mercosur», en raison de l’abaissement des droits de douane, a-t-il ajouté. L'interprofession n'a pas pu formuler d'avis consensuel sur cet accord, a expliqué le président. D'un côté, les conditionneurs et importateurs de miels «y voient une aubaine et relativisent ces importations». De l'autre, les apiculteurs s'inquiètent de la baisse des prix.

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Elisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique (communiqué)

    La ministre des Transports Élisabeth Borne a été nommée dans la nuit du 16 au 17 juillet pour remplacer au pied levé François de Rugy, démissionnaire après une série de révélations du média en ligne Mediapart sur des dîners organisés à l'Assemblée Nationale. «Je suis déterminée à poursuivre ce combat essentiel qu'est la transition écologique et solidaire», a-t-elle indiqué sur son compte Twitter. Elle n'aura toutefois pas le titre de «ministre d’État», contrairement à ses deux prédécesseurs, Nicolas Hulot et François de Rugy. Cette ingénieure de 58 ans, ancienne directrice du cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie, a notamment mené la réforme de la SNCF. Elle gardera parallèlement le portefeuille des transports.

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Zones de non-traitement: consultation reportée au 26 juillet pour finaliser le texte

    Les consultations sur le projet d'arrêté étendant les zones de non traitement (ZTE), initialement prévues du 15 juillet au 4 août, seront finalement organisées entre le 26 juillet et le 19 août, indique le ministère de l'Agriculture. Le texte n'est «pas encore finalisé», ajoute-t-il. Un première version du projet a été dévoilée aux professionnels et aux associations le 27 juin. Elle prévoit notamment d'instaurer une distance de sécurité minimum (largeur de la zone non traitée pour protéger les riverains) de 10 mètres pour les cultures hautes (vignes, vergers) situées à proximité d'habitations. Cette annonce pourrait être bien reçue par les parties prenantes: en colère, les vignerons ont appelé l’État à «modifier ce projet», tandis que les ONG ont vivement critiqué le calendrier de la consultation.

    [ Publié le 17-07-2019 ]
  • Pac 2020: les négociations débutent en France autour du plan stratégique national

    Le ministère de l’Agriculture compte boucler d’ici fin 2020 son plan stratégique national prévu dans le cadre de la future Pac, a appris Agra Presse de source syndicale le 16 juillet. Destiné à être validé par la Commission, ce document détaillera comment la France compte appliquer la Pac sur son territoire. La DGPE (service politique du ministère) multiplie actuellement les rencontres bilatérales avec les syndicats agricoles au sein de sept groupes de travail travaillant sur des hypothèses chiffrées (paiements découplés, paiements couplés, ICHN, environnement, installation, aides du second pilier non surfaciques, gestion des risques). Une première réunion de restitution associant les syndicats agricoles, les ONG et la société civile est prévue à la rentrée, selon cette source.

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • Vignes: l’Élysée «déterminé» à proroger la régulation des plantations

    L’Élysée est «déterminé» à œuvrer pour la prorogation du régime de régulation des plantations de vignes de 2030 à 2050, a assuré le directeur du cabinet du président de la République, dans une réponse à la lettre ouverte de la sénateur Françoise Férat (Marne, Union centriste), cosignée par 57 parlementaires en juin dernier. Sachant que la commission de l’agriculture du Parlement européen a adopté le principe de cette prorogation, «il convient dès à présent de réunir une majorité d’États-membres autour de cette ambition, dans l’intérêt de l’économie viticole de notre pays et de l’UE. Ne doutez pas de la détermination du président de la République et du gouvernement à agir en ce sens», souligne l'Élysée.

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • Report de l’examen du projet de loi ratifiant l’ordonnance sur la coopération agricole

    Le projet de loi ratifiant l’ordonnance sur la coopération agricole n’a finalement pas été examiné comme prévu le 16 juillet en Commission des affaires économiques, a indiqué l’entourage du rapporteur Jean-Baptiste Moreau (député LREM, Creuse). Ce report a été décidé par le bureau de l’Assemblée nationale et «le gouvernement (qui) préfère attendre l’avis du Conseil d’Etat» concernant le recours déposé par Coop de France. La fédération des coopératives a engagé ce recours peu après la publication de l’ordonnance le 25 avril. C’est un texte amendé qui devait être examiné le 16 juillet en commission à l’Assemblée, précise-t-on de même source: «Un compromis a été trouvé avec Coop de France».

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • Moins il y a d'agriculteurs, «plus ils sont divers» (Bertrand Hervieu)

    Les agriculteurs, «moins il y en a, plus ils sont divers», a expliqué Bertrand Hervieu, sociologue, ancien président de l’Inra, lors des Controverses européennes de Bergerac (ex-Controverses de Marciac), le 16 juillet. La matinée était dédiée à un travail rétrospectif sur l'agriculture française au cours des 15 dernières années. Durant cette période, le secteur agricole français aurait subi un «éclatement», autour d'une «tripolarité», selon les termes de Bertrand Hervieu et de son collègue François Purseigle: d'une part une «agriculture sans agriculteurs», «financiarisée», tournée «vers les grands marchés». Face à elle, des «micro-exploitations» souvent en bio ou circuits courts. Et «entre ces deux pôles, la crise de l'exploitation familiale, laitière ou viande bovine».

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • François de Rugy annonce sa démission

    Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé par communiqué le 16 juillet avoir présenté, le matin même, sa démission au Premier ministre Édouard Philippe, après les révélations du média en ligne Mediapart sur des dîners de gala organisés à l'Assemblée Nationale. «La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d’assumer sereinement et efficacement la mission que m’ont confiée le Président de la République et le Premier ministre», déplore-t-il. Il a annoncé le dépôt d'une plainte en diffamation contre le site d’investigation.

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • L'Anses lance le groupe de travail sur les régimes sans viande

    L’Anses a lancé le 12 juillet un appel à candidatures d’experts scientifiques visant à constituer un groupe de travail qui sera chargé «d’établir des repères alimentaires destinés aux personnes suivant un régime d’exclusion de tout ou partie des aliments d’origine animale». Pour l’agence, l’objectif sera d’établir des conseils nutritionnels pour les populations suivant des régimes flexitariens, végétariens et végétaliens. Ces repères devront prendre en compte les aspects «nutritionnels, épidémiologiques et toxicologiques». Pour ce faire, les experts établiront une classification des différents types de régime excluant les produits animaux et recueilleront des données sur «la composition nutritionnelle» et le risque de contamination des aliments consommés.

    [ Publié le 16-07-2019 ]
  • UE/Mercosur: la Commission européenne tente de rassurer les ministres de l’Agriculture

    Le commissaire européen Phil Hogan s’est efforcé, le 15 juillet à Bruxelles, d’expliquer aux ministres de l’agriculture des Vingt-huit les concessions faites dans le secteur pour conclure l’accord commercial avec le Mercosur — et de les rassurer. «Nous n’aurons aucun produit arrivant dans l’Union européenne depuis les pays du (bloc sud-américain) qui ne soit pas conforme aux normes alimentaires de l’UE» ainsi qu’à son «ambition climatique et environnementale», a-t-il affirmé. Espérant que les agriculteurs, comme les ministres, admettront finalement que, «dans le contexte d’une longue négociation, où il y a eu bien sûr des gains importants pour l’industrie, nous avons aussi réduit notre niveau de concessions sur l’agriculture».

    [ Publié le 15-07-2019 ]
  • Pac: débat redondant des ministres de l'UE sur le verdissement en attendant le budget

    Réunis le 15 juillet à Bruxelles pour leur premier Conseil sous la présidence de la Finlande, les ministres de l'agriculture de l'UE ont de nouveau débattu, sans réellement enregistrer d'avancées, de l'architecture verte de la future Pac. Mais, les a prévenus le commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan, «la première question que vont se poser les chefs d'Etat et de gouvernement au moment de négocier le budget européen pour 2021-2027, c'est pourquoi avez-vous besoin de plus d'argent pour la Pac?». Il faut donc, selon lui, que les ministres s'engagent à un «véritable saut qualitatif» en matière environnementale.

    [ Publié le 15-07-2019 ]
  • Phytos et riverains des vignes: les producteurs de vin écrivent au Premier ministre

    Il est «urgent de sanctuariser l'espace viticole», écrivent les quatre organisations de la production viticole (Cnaoc, VinIGP, caves coopératives et caves particulières) dans un courrier adressé le 15 juillet au Premier ministre à propos des relations entre les viticulteurs et leurs riverains. Des zones de non-traitement à proximité des habitations «amputeraient de plusieurs milliers d'hectares le potentiel de production viticole français». «Nous appelons le gouvernement à modifier la loi afin de prévoir, à la charge des aménageurs, lotisseurs et autres bâtisseurs, des obligations en matière de création d'espaces de transition entre les zones agricoles et les zones aménagées ou habitées», proposent-elles.

    [ Publié le 15-07-2019 ]
  • Débat peu conclusif sur le sucre au Conseil agricole de l’UE, des divergences

    Les ministres de l’Agriculture de l’UE ont eu le 15 juillet à Bruxelles un échange de vues sans véritable conclusion sur le rapport – également très peu conclusif – du groupe de hauts fonctionnaires nationaux créé par la Commission européenne pour se pencher sur la situation du secteur du sucre après l’abolition des quotas. Ils ont surtout confirmé les divergences enregistrées entre ces experts à propos du recours aux aides couplées pour la betterave et des autorisations d’urgence pour les néonicotinoïdes. Certains ministres ont aussi tenu à souligner les risques que font peser les accords commerciaux sur le secteur. Didier Guillaume a ainsi rappelé la nécessité de traiter le sucre et l’éthanol comme des produis sensibles.

    [ Publié le 15-07-2019 ]
  • Accord UE/Canada: le ministère confirme partiellement les craintes des éleveurs

    À l’occasion d’un brief informel pour la presse, le ministère de l’Agriculture est revenu le 15 juillet, sur les polémiques sanitaires liées au traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta). Le ministère confirme que le Canada autorise bien l’utilisation de farines animales dans l’alimentation de son bétail. Seule l’utilisation de farines issues de ruminants est interdite pour les ruminants. Dans l’Union européenne, l’ensemble des farines sont interdites (hors aquaculture). Le ministère confirme également que l’Union Européenne importera, au moins à court terme, des viandes canadiennes produites issues d'animaux ayant eu recours à des antibiotiques comme facteur de croissance. Un règlement européen, adopté en début d’année, prévoit toutefois l'interdiction de ces importations avant le 28 janvier 2022.

    [ Publié le 15-07-2019 ]
  • Pour les Vignerons Indépendants, les chartes de riverains doivent primer sur les ZNT

    A l'instar de la Cnaoc (producteurs AOC) la veille, la confédération des Vignerons Indépendants n'est pas satisfaite du télescopage de calendrier dans le domaine de la protection des riverains. Elle veut donner la primauté aux chartes de riverains pour l’utilisation des phytosanitaires plutôt qu’aux zones de non traitement (ZNT) à proximité des habitations qu’envisage d’instituer le gouvernement, a-t-elle indiqué le 12 juillet dans sa lettre numérique. Alarmés par ces propositions du gouvernement, les Vignerons Indépendants «ont demandé, lors des rendez-vous institutionnels qu’ils ont eus dernièrement avec le cabinet du ministre de l’Agriculture et les parlementaires, de donner la primauté aux chartes d’engagement actuellement en cours de discussion au niveau local plutôt qu’à la mise en place de telles ZNT ».

    [ Publié le 14-07-2019 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1536

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux