Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • PSN: pas de manifestation dans l'immédiat pour la Coordination rurale

    Après les manifestations du syndicalisme majoritaire ces derniers jours, et celles à venir cette semaine de la Confédération paysanne, la Coordination rurale ne se mobilisera pas en l'état actuel des négociations - auxquelles elle participe - sur la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN). Dans un communiqué paru le 9 avril, le syndicat «refuse de prendre position dans cette guerre de tranchées consistant à prendre à certains pour donner à d’autres». La centrale constate que le PSN «pourtant encore à l'état d'embryon (...) divise déjà la profession. Certains demandent plus d'argent pour les petits, plus d'argent pour les éleveurs, plus d'argent pour les céréaliers...»

    [ Publié le 11-04-2021 ]
  • Climat: une carte nationale des flux de CO2 dans les sols pour mi-2021 (Inrae)

    Éric Ceschia, directeur de recherche au sein de l'Inrae, a annoncé ce 9 avril à l’occasion d’une conférence de presse qu’une cartographie des flux annuels de dioxyde de carbone dans les sols sera disponible à l’échelle de la parcelle pour la France entière mi-2021, ainsi que pour l’Union Européenne en fin d’année. Cette étude, précise le chercheur «est rendue possible par la nouvelle génération de satellites Sentinel possédant une couverture globale à haute résolution». «Nous présenterons rapidement ces résultats au niveau européen, pour ne pas perdre une programmation de la Pac», indique Philippe Mauguin, PDG de l'Inrae. Cet indicateur de flux, prévoit-il, pourrait même «être glissé dans les MAEC» en cours d’élaboration.

    [ Publié le 11-04-2021 ]
  • Betterave: face au gel, Cristal Union offre des semences, au moins 20000 ha touchés

    La coopérative sucrière Cristal Union a annoncé le 9 avril venir en aide à ses planteurs touchés par le gel en leur offrant des semences de betteraves. «Tous les secteurs betteraviers sont touchés et plus particulièrement le sud de Paris, selon un communiqué. L’intensité des dégâts étant très variable selon les situations (date de semis, stade des betteraves, exposition de la parcelle, humidité du sol…), les équipes betteravières de Cristal Union sont mobilisées depuis deux jours pour évaluer le potentiel des parcelles et identifier celles qui devront être semées à nouveau.»

    [ Publié le 11-04-2021 ]
  • XXX

    XXX

    [ Publié le 09-04-2021 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 12 avril

    Lundi 12 avril
    Les députés reprennent l'examen en séance du PJL Climat, jusqu'à mercredi
    Conférence de presse d'Agrial (résultats 2020)
    Conférence de l'entreprise Cascade lights sur les tomates (technologie pour serres et films agricoles)

    Mardi 13 avril
    Conférence d'Agridées sur la traçabilité numérique
    Les sénateurs LR organisent une table ronde sur la loi Egalim
    Conférence de presse du groupe Avril
    Conférence de presse de Triballat (laiterie)

    Mercredi 14 avril
    Les députés de la Coméco examinent la PPL «Fermes-usines»
    Des députés présentent un rapport d'information sur la transposition des directives européennes
    Conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer
    Les députés de la commission développement durable examinent la PPL du groupe LFI sur les publicités
    Les députés de la Coméco font le point sur la mise en œuvre de la loi Information du consommateur

    Jeudi 15 avril
    Conférence sur le maraîchage sur sols vivants (UMT Si-bio)
    Visio-conférence de l'Afja (journalistes agricoles) sur la santé des sols
    Le sénat examine une PPR sur la poursuite de la ratification du Ceta

    Vendredi 16 avril
    Conférence de presse de la filière Abondance (fromage)
    Conférence Grand angle lait de l'Idele

    [ Publié le 08-04-2021 ]
  • PSN: premier arbitrage de Julien Denormandie «courant avril» (ministère)

    Un premier arbitrage sur la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), devrait être livré par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie «courant avril», a confirmé son cabinet, lors d'un point presse le 8 avril. Cette prise de position devrait être exprimée à l'occasion d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole (CSO). Elle portera sur la «macro-structure» du plan stratégique, c'est-à-dire les budgets alloués aux grandes mesures et les «principaux critères» d’éligibilité. D'ici là, le ministre doit rencontrer, ce jour, les Régions de France, et rendre un rapport à la Commission nationale du débat public (CNDP) sur le débat Impactons.

    [ Publié le 08-04-2021 ]
  • Porc: création de l'association d'organisations de producteurs (AOP) Grand Ouest

    Réunis en assemblée générale constitutive le 7 avril, dix organisations de producteurs (OP)* ont créé l'Association d'organisations de producteurs (AOP) Porc Grand Ouest, annonce l'UGPVB (groupements) dans un communiqué le même jour. Lancé en 2019, ce projet de longue haleine rassemble près de la moitié de la production française, avec 11,5 millions de porcs commercialisés, précise-t-on à l'UGPVB. «L’AOP Porc Grand Ouest a pour objet de renforcer le pouvoir de marché des éleveurs adhérents aux OP», indique l'UGPVB, cheville ouvrière du regroupement. La prochaine Pac devrait étendre les programmes opérationnels à de nouvelles productions; l'AOP Grand Ouest compte sur cette source de financement pour mener des «projets structurants, notamment pour la modernisation des élevages». * Agrial, Eureden, Elpor, Evel Up, GRPPO, Porcinéo, Porélia, Sypro Porcs, Porvéo et Porc Armor Evolution.

    [ Publié le 07-04-2021 ]
  • Chèque alimentaire: les Banques alimentaires se proposent comme intermédiaire

    A l'occasion d'une audition par la mission d'information sur la précarité, le 6 avril au Sénat, le président des Banques alimentaires, Claude Baland, a déclaré que son réseau était «candidat pour être bénéficiaire du dispositif de chèque alimentaire», annoncé en décembre par le président de la République. Les 79 banques alimentaires françaises collectent 39% de l'aide alimentaire dans le pays, qu'elles distribuent majoritairement par l'intermédiaire d'associations (environ 6000). Claude Baland propose que ces banques puissent «recevoir une partie des chèques alimentaires pour les distribuer (...) à des personnes ou des associations, à qui nous donnons [déjà] des produits secs, afin qu'elles puissent acheter des compléments de produits frais». Il propose d'assortir ce schéma d'une «obligation d'acheter aux agriculteurs locaux».

    [ Publié le 07-04-2021 ]
  • Marchés publics: les députés prolongent l'assouplissement de la mise en concurrence

    Dans la soirée du 6 avril, les députés ont adopté plusieurs amendements au projet de loi Climat qui permettront de prolonger, douze mois après cessation de l’état d’urgence, les assouplissements accordés depuis juillet aux acheteurs publics pour leurs achats alimentaires. A l'instar du décret gouvernemental publié durant l’été, le texte autorisera les acheteurs à conclure «sans publicité ni mise en concurrence préalables un marché répondant à un besoin dont la valeur estimée est inférieure à 100 000 euros hors taxes et portant sur la fourniture de denrées alimentaires produites, transformées et stockées avant la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire»

    [ Publié le 07-04-2021 ]
  • Futures aides bovines: la DGPE étudie un montant différencié entre laitiers et allaitants

    Dans le cadre de la consultation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a réuni, ce matin, les représentants nationaux des cinq principaux syndicats agricoles. La principale nouveauté porte sur le projet d'aide à l'UGB bovine qui fusionnerait les aides à la vache allaitante (ABA) et à la vache laitière (ABL). Selon plusieurs participants, les services de la DGPE (ministère de l'Agriculture) étudient désormais un montant unitaire de l'aide supérieur pour les bovins allaitants par rapport aux bovins laitiers, avec un rapport d'environ 1,3 présenté à titre indicatif. Une telle mesure limiterait la baisse du soutien au cheptel allaitant, tout en préservant une hausse pour le laitier.

    [ Publié le 06-04-2021 ]
  • Cantines: De Lavergne consulte les élus locaux pour réviser les objectifs d'Egalim

    Dans un entretien accordé à Agra Presse le 2 avril, Célia de Lavergne, députée LREM de la Drôme et rapporteure du chapitre agricole du projet de loi Climat indique qu'elle mène actuellement une concertation avec les élus locaux pour compléter les objectifs d'approvisionnement fixés aux acteurs publics de la restauration collective par la loi Egalim. «Nous avons un vrai sujet sur la viande», souligne Célia de Lavergne. L’un de ses amendements prévoit que 60 % de l’ensemble des achats des viandes et poissons en valeur devront respecter dès 2024 les catégories durables définies par la loi Egalim. Un nouvel objectif pourrait aussi être ajouté concernant les circuits courts, assorti d'une nouvelle définition de ce circuit de distribution.

    [ Publié le 06-04-2021 ]
  • Porc: la Cooperl reprend le site de l'ancien abattoir Gad pour le développer

    Dans un communiqué du 2 avril, la Cooperl annonce «la signature d'un accord relatif à la cession du site de l'ancien abattoir Gad», situé à Lampaul-Guimiliau (Finistère) et fermé en 2013. Une opération menée avec la Communauté de communes du Pays de Landivisiau et la SemBreizh (société régionale d’économie mixte). La Cooperl «projette d'y investir progressivement». D'après Ouest-France, la coopérative envisage «dans un premier temps» d'y installer «une unité de congélation employant une cinquantaine de salariés», afin d'exporter vers la Chine. D'après son communiqué, le but de la Cooperl à terme est de «relancer une activité d'abattage-découpe» sur le site de Gad – avec «500 emplois directs» à la clé –, à condition que «des accords structurants avec les groupements de producteurs finistériens [soient] trouvés».

    [ Publié le 06-04-2021 ]
  • Origine: la création d’une marque Dijon en Chine stoppée par les liquoristes français

    Le syndicat des fabricants du cassis de Dijon (maisons Gabriel Boudier, Briottet, Lejay-Lagoute et l’Héritier-Guyot) a réussi à empêcher la création d’une marque Dijon en Chine, annonce-t-il dans un communiqué le 6 avril. Le syndicat avait saisi la China national intellectual property administration (Cnipa, équivalent de l’Inpi en France) après avoir été alerté par l’INAO, en juillet 2019, qu’une entreprise de vins et spiritueux chinois déposait la marque Dijon, en français et en chinois, dans l’Empire du milieu. «Cette victoire est symbolique, elle est celle de la protection du nom du territoire en tant que marque à l’international», se réjouissent les liquoristes dans le communiqué. Cette marque aurait menacé l’IGP Cassis de Dijon dont le cahier des charges impose la fabrication dans la commune de Dijon.

    [ Publié le 06-04-2021 ]
  • Lait : trois OP claquent la porte de l'AOP Sunlait (Savencia)

    «Nous n’avions plus la même ligne de conduite que Sunlait», lâche Claude Marchais, président démissionnaire de Sunlait confirmant à Agra Presse le départ de trois nouvelles organisations de producteurs (OP) de l’association d’OP Sunlait livrant à Savencia. Il s’agit de l’OP Perreault, l’OP Les laitiers du Val de Loire (ALVL) et de l’association des livreurs de lait Clepso Bongrain Savigné-L’Evèque (ALLCBS) représentant au total 400 adhérents et 250 millions de litres de lait (jusqu’ici Sunlait représentait 850 millions de litres et la quasi-totalité des livreurs en direct de Savencia). «Nous voulons sortir de la logique de confrontation totale avec Savencia et fusionner en une unique OP, plus locale», explique-t-il.

    [ Publié le 05-04-2021 ]
  • PJL Climat: les députés interdisent le « blanchiment écologique » dans la publicité

    Par plusieurs amendements adoptés en séance le 1er avril, les députés ont modifié le code de l’environnement ainsi que le code de la consommation pour renforcer la lutte contre la publicité basée sur des arguments environnementaux mensongers. «Cela permettra une véritable définition du blanchiment écologique», s’est réjouie la rapporteur Aurore Bergé (LREM, Yvelines) en séance. L’ensemble des allégations valorisant des effets environnementaux sans fondement seront désormais explicitement considérées comme des pratiques commerciales «trompeuses» au titre du code de la consommation. Dans sa nouvelle version, le texte prévoit également d’interdire «le fait d’affirmer à tort qu’un produit ou un service est neutre en carbone» pour les produits «ayant un impact excessif sur le climat».

    [ Publié le 05-04-2021 ]
  • Les assistantes maternelles finalement autorisées à garder les enfants

    [ Publié le 05-04-2021 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 5 avril

    Mardi 6 avril
    Les députés poursuivent l'examen du projet de loi Climat en séance publique (prévu jusqu'au 14 avril)
    Auditions au Sénat sur la précarité alimentaire
    Le Sénat organise une table ronde d'agronomes sur la méthanisation

    Mercredi 7 avril
    L'UFS (semenciers) organise une «masterclass» sur les NBT
    Conférence de presse d'Intercéréales, Arvalis et Passion céréales sur le changement climatique
    Conférence de presse de l'Office français de la biodiversité (OFB)
    Le Sénat organise des tables rondes de juristes et scientifiques sur la réforme constitutionnelle
    Conférence de presse de l'Anses sur le concept Une seule santé
    Visio-conférence d'Interbev sur la viande bio dans les cantines
    Table ronde au Sénat sur la réforme de la géographie prioritaire de la ruralité

    Jeudi 8 avril
    Les députés examinent la PPL de légalisation de la production/vente/consommation de cannabis
    Rencontres Semae sur les semences de céréales et oléoprotéagineux
    Journée parlementaire du Conseil national de la résilience alimentaire (CNRA)
    L'Opecst (Parlement) examine une note sur l'impact environnemental et sanitaire de la viande rouge

    [ Publié le 01-04-2021 ]
  • Biométhane: pour produire plus, un système hors subvention à l’étude

    La filière du biométhane, soutenue par les gaziers historiques, étudie avec le gouvernement un système additionnel de soutien, hors subvention publique, pour produire au-delà des volumes actuels sous tarifs garantis subventionnés. Il s’agirait d’un mécanisme de certificats verts achetés par les fournisseurs de gaz (Engie, Total, ENI, Alterna, etc.) aux producteurs de biométhane. Le surcoût pour les fournisseurs serait ensuite répercuté aux consommateurs, comme cela se pratique dans d’autres secteurs de l’énergie, à hauteur de 0,3 centime du kilowatt-heure en 2030. Le but est de ce nouvel étage se superposant au dispositif actuel de subventions est de parvenir à 10% de gaz renouvelable dans le réseau en 2030.

    [ Publié le 01-04-2021 ]
  • Ours: 64 individus détectés dans les Pyrénées en 2020, contre 52 en 2019

    D’après le dernier rapport du réseau Ours brun publié le 31 mars, près de 64 ours auraient été détectés dans les Pyrénées en 2020 par l'équipe dédiée de l’Office français de la biodiversité (OFB), contre 52 en 2019. Cette évaluation, indique l’office, sera révisée dans le courant de l’année, pour retrancher les trois ours tués par l’Homme, les quatre oursons portés disparus, et ajouter les ours qui n’ont pas été détectés en 2020, mais dont la présence avait été attestée en 2019. «La population est majoritairement composée de jeunes individus dont 81% ont moins de 10 ans», précise l'OFB.

    [ Publié le 01-04-2021 ]
  • Influenza: le ministère veut aboutir à une «feuille de route sanitaire» avant l'été

    Dans un communiqué du 1er avril, le ministère de l'Agriculture fixe l'objectif de finaliser d'ici «fin juin» une «feuille de route sanitaire» sur l'influenza aviaire avec les professionnels des filières volailles. Le but? «Définir collectivement les actions à mener et celles à améliorer, tant du côté des professionnels que des services de l’Etat, en lien avec les collectivités, pour éviter une nouvelle crise.» Une première version sera élaborée «fin avril», présentant «notamment les grands axes de progrès», précise la Rue de Varenne. Ce chantier se basera sur les groupes de travail nationaux (ministère et professionnels) qui ont déjà débuté, sur deux groupes de travail régionaux (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie) et sur deux avis à venir de l'Anses.

    [ Publié le 01-04-2021 ]
  • Pac: la FNSEA s'inquiète d'un risque de perte de «souplesse» sur la conditionnalité

    Dans un entretien à Agra Presse le 1er avril, le vice-président de la FNSEA Arnaud Rousseau s'inquiète de l'évolution des critères de conditionnalité des aides dans la future Pac, qui engendrerait une «souplesse bien moindre» dans le choix des cultures. Sa crainte porte sur la mesure 8 des BCAE (Bonnes conditions agricoles et environnementales). «Ce que souhaite le législateur [européen], c'est que la BCAE 8 se base sur la rotation [dans le temps] à la parcelle, et non plus sur la diversité de l'assolement au niveau de l'exploitation comme actuellement», explique M. Rousseau. Avec ce nouveau critère, un agriculteur dont toute la surface n'est pas irrigable risquerait de «devoir implanter des cultures à haute valeur ajoutée, pommes de terre ou légumes, sur des terres non irriguées», illustre-t-il.

    [ Publié le 01-04-2021 ]
  • Etiquetage: les députés n'intègrent pas le «rémunéra-score» dans le PJL Climat

    Cela sera finalement un retrait et un rejet, lors de l’examen en séance publique du projet de loi Climat le 31 mars, pour les deux amendements visant à expérimenter «un affichage permettant de mettre en valeur la juste rémunération du producteur» également appelé «rémunéra-score». «La rémunération des producteurs est un objectif de souveraineté et un objectif qui permet de garantir l’avenir de notre agriculture», a défendu Célia de Lavergne, députée LREM à l’origine d’un amendement qu’elle a finalement retiré à la demande du gouvernement. «L’idée du rémunéra-score est une idée intéressante», a ajouté Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique en annonçant le lancement, avec Julien Denormandie ministre de l’Agriculture, d’un groupe de travail sur le sujet.

    [ Publié le 31-03-2021 ]
  • Des sénateurs LR demandent une «Journée nationale de l'agriculture»

    Trois sénateurs LR, Didier Mandelli, Catherine Dumas et Sophie Primas, ont déposé le 23 mars une proposition de résolution invitant le gouvernement à créer une «Journée nationale de l'agriculture». Le texte approcherait déjà les «150 cosignataires de différentes sensibilités», indique-t-on dans leurs équipes. Les sénateurs proposent que cette journée «précède le Salon de l'agriculture», qui ouvre traditionnellement ses portes fin février. Le texte ne fait référence à aucun cadre réglementaire qui pourrait encadrer juridiquement la notion de «journée nationale». Pour ses initiateurs, cette journée permettrait de «mettre en valeur» certains aspects de l'activité agricole (territoires, filières locales, nouvelles techniques, bonnes pratiques...) et de «promouvoir» des comportements alimentaires favorables à la santé.

    [ Publié le 31-03-2021 ]
  • UE-Mercosur: un cadre juridique «adéquat» sur la déforestation, selon Bruxelles

    Suite aux conclusions et recommandations de l’étude d’impact «développement durable» de l’accord d’association UE-Mercosur, la Commission européenne estime, dans une prise de position publiée le 30 mars, que «le chapitre sur le commerce et le développement durable fournit un cadre juridique adéquat et les outils appropriés pour répondre notamment aux préoccupations relatives à la déforestation». À ce sujet, elle précise qu’elle est «prête à soutenir les efforts et les initiatives du Mercosur en matière de protection de l’environnement, notamment la lutte contre la déforestation et la perte de biodiversité. Cela pourrait se faire via un engagement politique de plus haut niveau, en particulier avec le Brésil».

    [ Publié le 31-03-2021 ]
  • XX

    Prévu en novembre prochain, le salon du machinisme agricole Agritechnica est reporté de quatre mois à cause de la pandémie de Covid-19, ont annoncé le 31 mars ses organisateurs allemands. Il se tiendra du 27 février au 5 mars 2022 à Hanovre. «Nous sommes convaincus que d'ici la fin de l'été, avant la date limite d’inscription pour la prochaine édition, nous serons en mesure de donner à nos exposants et visiteurs, plus de précisions et de clartés sur le salon en 2022», déclare Reinhard Grandke, PDG de la Deutsche Landwirtschafts-Gesellschaft (DLG), cité dans le communiqué. À partir de novembre, la plateforme numérique de la DLG donnera un programme d’informations professionnelles et techniques, indique l’organisateur.

    [ Publié le 31-03-2021 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1623

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux