Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Formation

Vivéa Jean-Yves Maire élu à la présidence du comité régional

Le comité Vivéa Bourgogne-Franche-Comté, qui s’est réuni à Bretenière le 13 septembre dernier,  marque le début d’un nouveau mandat de six ans pour ses élus dont Jean-Yves Maire élu à la présidence et Mauricette Besançon à la vice-présidence.
Le comité a réaffirmé sa volonté d’accompagner le développement des compétences des contributeurs(trices) du Fonds d’Assurance Formation Vivéa, avec le souci permanent de mettre en cohérence l’offre de formation du territoire et les besoins des chefs d’entreprises agricoles.
Les élus ont confirmé, dans leurs grandes orientations pour 2020, l’importance de travailler sur la stratégie et le pilotage au sein des entreprises agricoles en intégrant la contrainte climatique. Ils mettent également l’accent sur la compétitivité, la recherche de valeur ajoutée et l’innovation, les nouveaux modes de production et le bien-être animal ainsi que l’efficacité et le bien-être au travail.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur www.vivea.fr

[En ligne le 17-10-2019]

Action Syndicale

La FNSEA et les JA revendiquent 10 000 agriculteurs mobilisés ce 8 octobre

« C’est une grande réussite », a affirmé le secrétaire général de la FNSEA Jérôme Despey, au siège du syndicat, à l’issue de la journée de mobilisation nationale du 8 octobre, commune avec les Jeunes agriculteurs, sur le thème « France, veux-tu encore de tes paysans ? » Les deux syndicats revendiquaient à 16 heures « l’ensemble des départements français mobilisés », « 100 blocages ou opérations escargot », 6 000 tracteurs et 10 000 agriculteurs. Une réunion était prévue en fin de journée avec le ministre de l’Agriculture pour lui « porter un premier avertissement ».
La semaine prochaine, une action syndicale d’étiquetage de l’origine des produits est prévue en grande distribution et restauration collective.
Enfin une « nouvelle mobilisation » est prévue le 22 octobre dont le mode opératoire n’a pas été dévoilé. Mais Jérôme Despey promet « une montée en puissance ». Les syndicats ont listé leurs principales revendications : pas de ratification du Ceta, un meilleur budget pour le ministère et les chambres d’agriculture dans le cadre du projet de loi de finances 2020 ; des arbitrages favorables concernant les zones de non-traitement, l’adoption de leurs propositions sur le délit d’entrave dans le cadre de la proposition de loi portée par le sénateur Jean-Noël Cardoux, actuellement en première lecture au Parlement ; une déclaration de soutien du président de la République ; et des mesures pour les pensions des agriculteurs déjà à la retraite.

[En ligne le 10-10-2019]

Lubrizol

Premiers résultats « rassurants », mais « prélèvements complémentaires » attendus

Dans la cadre des suites de l’incendie de l’usine Lubrizol, la ministre de la Santé Agnès Buzyn est intervenue, le 6 octobre sur la chaîne LCI, pour annoncer que les premiers résultats d’analyse concernant la présence de dioxines dans les produits agricoles locaux étaient « rassurants ». Toutefois, cela ne signifie pas la levée des restrictions pour les agriculteurs, puisque des « prélèvements complémentaires » sont attendus, pour évaluer la présence de dioxines une semaine après l’incendie. Ces composés ont en effet la propriété de s’accumuler dans le temps, notamment dans le lait et les légumes. Si ces résultats complémentaires restent « toujours en dessous des seuils reconnus de l’environnement normal », les restrictions seront levées, a promis la ministre.

[En ligne le 10-10-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

FDSEA

Incivilité et agression… ne restez pas seul(e)

Confrontés à l’augmentation des incivilités ou des agressions, nous nous retrouvons parfois isolés et démunis. La FDSEA invite chacune et chacun à ne pas rester seul(e) face à cette situation et à réagir au plus vite.
Chaque semaine, des agriculteurs français sont confrontés à des voisins agressifs, des interpellations, des agressions verbales ou physiques ou des intrusions dans les exploitations.
Certains de nos collègues se retrouvent parfois convoqués en gendarmerie simplement pour avoir exercé leur métier.
Nous ne pouvons pas tolérer ce harcèlement, certes encore heureusement isolé, mais qui fait peser sur nous une pression croissante.
Début septembre, la FNSEA rencontrait Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, pour l’alerter sur cette situation et demander l’implication forte des services de gendarmerie aux côtés des agriculteurs victimes de ces agressions. De notre côté, nous entretenons des relations régulières avec la gendarmerie de Côte d’Or, qui se montre à l’écoute du monde agricole.
Aussi, j’invite chaque agricultrice et agriculteur du département à ne pas rester isolé(e) et à nous signaler toutes « agressions » ou « menaces » qu’il pourrait subir sur son exploitation ou lors des travaux dans les champs. Pour cela, contacter la FDSEA au 03 80 68 67 67 ou votre président de canton FDSEA. Ensemble, nous pourrons décider et mettre en œuvre la réaction appropriée à la situation.
Ensemble, agricultrices et agriculteurs, faisons front pour nous entraider, communiquer et ramener un peu de bon sens paysan dans nos campagnes !

[En ligne le 03-10-2019]

Action syndicale

N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas !

Nous souffrons depuis trop longtemps du manque d’écoute de l’État et la situation de nos fermes se dégrade chaque année.
Il est urgent de porter haut nos revendications. Puisque nous ne sommes pas entendus, nous serons vus. 1er avertissement !
Nous invitons donc les agriculteurs de notre département à se rassembler le mardi 8 octobre 2019 à partir de 10 h 30 au péage de Pouilly en Auxois, pour une opération blocage de l’autoroute A6.
Cette action coordonnée de tout le réseau FNSEA, en département, tous à la même heure le même jour, sera un coup de semonce qui ponctuera la stratégie syndicale nationale. Nous nous mobiliserons une fois de plus, de manière responsable dans le respect des biens et des personnes.
L’objectif, combattre
- l’Agribashing,
- les surtranspositions et les accords de libre-échange du Ceta et du Mercosur,
- les décisions du gouvernement sur les ZNT,
- l’absence de dégrèvement sur la TFNB pour les terres en Côte d’Or, et dénoncer
- le fiasco des États Généraux de l’Alimentation avec des prix à la production « au ras des pâquerettes » et qui ne couvrent pas nos coûts de production,
- les retards de paiements des MAE et des aides à l’agriculture biologique
Nous n’attendrons rien de l’État ce jour-là, c’est bien une action coup de poing, un premier avertissement qui s’inscrit dans la continuité des diverses actions et rencontres déjà engagées.
Nous avons besoin de vous pour faire entendre le cri de désespoir de l’agriculture, il est temps de demander à la France si elle souhaite encore avoir des paysans sur son territoire !

[En ligne le 03-10-2019]

En bref

Du neuf sur la TFNB

La FDSEA et les Jeunes agriculteurs Côte-d’Or ont rencontré la DDT la semaine dernière sur le sujet de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. La demande de dégrèvement TFNB a été accordée à hauteur de 35 % à 65 % sur les prés. « Il nous reste à obtenir un dégrèvement sur les terres arables qui ont également subi les aléas climatiques », communiquent les deux syndicats.
En parallèle, les démarches pour la mise en œuvre du dossier calamités continuent, avec une nouvelle demande d’aménagement du dispositif, pour une meilleure prise en compte des exploitations mixtes et laitières.

[En ligne le 26-09-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Abattage

Abattage sanitaire de 40 arbres dans le parc aval du barrage des Settons

En février 2019, la chute d’un arbre dans le parc aval du barrage des Settons a engendré des dégâts importants sur des instruments de mesures de surveillance du barrage. La Direction départementale des territoires de la Nièvre (DDT58) a sollicité l’Office National des Forêts pour mener un diagnostic physiologique, sanitaire et mécanique des arbres du parc qui a ciblé 40 arbres en abattage sanitaire (évalués dangereux ou affectés par une maladie grave), devant être réalisé dans les meilleurs délais. Par conséquent, la DDT 58 va faire procéder à partir du 15 juillet et jusqu’à mi-août à l’abattage de ces arbres.
Pour toute information complémentaire relative à ces travaux de sécurisation, vous pouvez contacter la subdivision gestion de la Loire au 03 86 71 52 08 ou par courriel à ddt-slsr- loire@nievre.gouv.fr

[En ligne le 18-07-2019]

GDS

Comment gérer les fortes chaleurs

L’épisode de canicule que nous venons de vivre est certes terminé mais nous n’en avons pas fini pour autant avec les fortes chaleurs et surtout le manque d’eau.
Une situation qu’il convient de ne pas prendre à la légère et c’est pourquoi le Groupement de Défense Sanitaire émet certaines recommandations.
Tout d’abord pour faciliter l’ingestion des animaux, il est recommandé d’augmenter le nombre de points d’eau et d’apporter si possible l’eau la plus fraiche possible, dans le but de favoriser la thermogenèse. Dans ces périodes de fortes chaleurs, il faut également veiller à augmenter l’appétence des bêtes en apportant des fourrages sec (de la paille notamment) avec des mélasses. Si vous utilisez de l’ensilage, le GDS préconise de maintenir un état de conservation correct en ayant une vitesse d’avancement du front d’attaque au silo rapide (>25cm/j).
En outre, les pierres à lécher doivent toujours être disponibles, l’abreuvoir propre et l’eau d’une bonne qualité bactériologique. Enfin veillez à compenser les pertes en minéraux (sodium et potassium)  provoquées par les pertes en eau utilisée pour la régulation de la température corporelle.
Pour plus d’information, contacter le GDS au 03 86 90 18 91


[En ligne le 11-07-2019]

ZNT riverains

Une «charte de bon voisinage» en cours de construction

La montée en pression sociétale autour de l’usage des produits phytosanitaires a conduit, dans le cadre de la loi EGAlim, a modifié l’article L 253-8 du code rural, précisant que « […] l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones attenantes aux bâtiments habités et aux parties non bâties à usage d’agrément contigües à ces bâtiments est subordonnée à des mesures de protection des personnes habitant ces lieux. […] Les utilisateurs formalisent ces mesures dans une charte d’engagements à l’échelle départementale … »
C’est dans ce cadre, alors même que cet article prévoit que l’autorité administrative puisse restreindre ou interdire l’usage de produits lorsque de telles mesures ne sont pas effectives, que la chambre d’agriculture et le syndicalisme FDSEA-JA ont engagé des travaux de concertation et de construction d’une « charte de bon voisinage », dans le prolongement des orientations du contrat de solutions porté par la FNSEA. Présidé par Benoît Mathé, ce groupe de travail réunira au plus vite l’ensemble des acteurs de terrain de ce dossier. Un premier échange avec l’administration aura lieu à la rentrée de septembre, alors même que ce document doit être opérationnel avant le 1er janvier 2020.

[En ligne le 27-06-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

Sécheresse

Des secteurs toujours en crise malgré les pluies

Dans un communiqué du 4 octobre 2019, la préfecture de l’Yonne indique que «les dernières pluies sont encore insuffisantes pour sortir de la crise sécheresse».
Ainsi, les secteurs du Serein amont, de l’Armançon amont, de l’Armançon-Serein aval, de la Cure, du Cousin, de l’Ouanne-Loing et de la Vanne sont maintenus en crise.
Les bassins de l’Yonne amont, de l’Yonne aval, du Tholon-Ravillon-Vrin-Ocques et des petits cours d’eau nord Yonne sont maintenus en alerte renforcée.
Pour rappel, il est interdit d’arroser les jardins et les pelouses privées, y compris les potagers, les espaces verts, les massifs fleuris ou encore les jardinières dans les secteurs en crise.
L’irrigation est également interdite pour ces secteurs, sauf cultures maraîchères, horticoles, pépinières et arboriculture fruitière où l’arrosage est autorisé avant 10 heures et après 18 heures.

[En ligne le 10-10-2019]

Faune sauvage

Les lieutenants de louveterie sont à renouveler

Dans un communiqué de presse datant du 25 septembre, la préfecture indique que les lieutenants de louveteries, conseillers techniques bénévoles de l’administration sur les problèmes posés par la gestion de la faune sauvage, sont à renouveler pour la période allant du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2024. Peuvent candidater, «les personnes de nationalité française, jouissant de leurs droits civiques, justifiant de leur aptitude physique par un certificat médical daté de moins de deux mois et de leur compétence cynégétique, résidant dans le département où elles sont amenées à exercer leurs fonctions ou dans un canton limitrophe et détenant un permis de chasser depuis au moins cinq années», indique la préfecture de l’Yonne. Les intéressés sont invités à prendre contact avec la Direction départementale des territoires (DDT) de l’Yonne ou à se rendre sur le site internet de la préfecture. Les dossiers de candidatures sont à déposer avant le 20 octobre 2019.

[En ligne le 10-10-2019]

Effarouchement

Des tirs d’effarouchement autorisé pour éloigner le loup

Suite aux récentes attaques de troupeaux survenues dans l’Avallonnais, près de Vézelay, où la responsabilité du loup n’est pas exclue, les services de l’État ont décidé d’agir pour protéger les éleveurs et leurs troupeaux. Dans un communiqué, la préfecture de l’Yonne indique que des parcs de regroupement électrifiés seront mis à leur disposition. Le préfet de l’Yonne autorise également, dans un arrêté, les lieutenants de la louveterie à effectuer des tirs d’effarouchement à proximité des élevages impactés par les attaques. En cas de constatation de la présence du loup ou d’une attaque, veillez à contacter le plus rapidement possible le service départemental de l’ONCFS au 03 86 80 21 68.

[En ligne le 05-09-2019]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1549

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux